Théâtrorama

Les Yeux d’Anna de Luc Tartar

Les Yeux d’Anna de Luc TartarQuelle main mystérieuse a écrit sur le mur de la maison de Monsieur et Madame Tombe, les parents d’Anna « sorcière du balai » ? « Retourne-toi, ne me regarde pas !…Baisse les yeux… » C’est ce qu’Anna, élève en hôtellerie au lycée professionnel entend à longueur de temps. Car Anna a les yeux vairons, des yeux bizarres qui dérangent. Mais ce qui perturbe aussi c’est son intelligence hors du commun. Les parents d’Anna, accaparés par leurs propres soucis et menacés de chômage ignorent puis minimisent le harcèlement dont est victime leur fille.

Au lycée Arthur Miller- auteur des « Sorcières de Salem »- qu’elle fréquente, elle fait peur à ses condisciples avec sa façon d’observer le monde en silence sans détourner son regard insupportable. Après un cours de sport, ses camarades, filles et garçons mêlés, lui volent ses vêtements et l’exhibent nue dans la cour. Elle retourne chez elle et s’enferme dans sa chambre…

Évitant le fait divers, Luc Tartar écrit une pièce magnifique qui échappe au réalisme des situations. La langue joue sur les mots, ouvre des chemins de traverse où se révèle la poésie d’un texte qui passe de l’humour à la férocité, où se côtoie le tendre et le rugueux, pour s’échapper peu à peu vers l’onirique et le fantasme.

Le visible et l’invisible

Anna dont les yeux fascinent n’apparaît jamais. Elle existe dans les mots des autres ou s’exprime par le biais de son journal pour raconter l’ostracisme dont elle est victime. L’histoire d’Anna se résume à ces 24 heures qui ont suivi la « punition » par ses camarades. Travaillant au plus près du texte, la mise en scène de Cécile Tournesol est d’une grande exigence. La scénographie épurée de Bruno Collet se compose d’un cube qui devient tout à tour le salon de la maison des parents d’Anna, la rue de la zone pavillonnaire où se trouve leur maison, la cour ou les toilettes du lycée…Délimité par des aspérités froides en aluminium, animé par la lumière qui change en fonction du lieu, l’espace scénique devient une machine à jouer qui raconte l’étroitesse du lieu où s’ennuient dans des « maisons en légos » des gens à l’esprit mesquin et borné. S’ouvrant et se fermant, des cloisons transparentes transforment l’espace ; des mots projetés sur un écran le délimitent (lycée, maison…) et mentionnant les heures, marquent le temps qui s’écoule.

Anna, limitée à ses yeux singuliers et présente dans la parole des autres, s’inscrit dans un espace sans limites alors que les autres personnages piétinent dans l’étroitesse de leurs préjugés et les limites assignées par leur ignorance. Qui sont les sorcières d’aujourd’hui ? Écrite en 2008, la pièce de Luc Tartar tisse avec gravité, mais aussi avec humour et légèreté, le lien entre l’histoire d’Anna et la mécanique tragique de la chasse aux sorcières qui revient hanter notre siècle au nom d’une idéologie ou d’une religion.

Comme ces jeunes femmes aux visages ravagés par l’acide lancé par des frères, un père ou un mari, ou ces propos choquants qui remettent en cause les libertés des femmes . « Je vole, je n’existe pas » clame Anna dans son journal. Et si en fait, l’image de Clémentin, le plus acharné de ses détracteurs et le plus obsédé par son regard bizarre, finisait « volée » par les yeux d’Anna ? Éludant la linéarité et le factuel, Cécile Tournesol utilise des procédés cinématographiques qui brouillent les pistes, introduisent dans l’histoire l’étrange et le poétique comme autant d’indices qui permettent au spectateur d’imaginer tous les retournements possibles.

Les Yeux d’Anna
De Luc Tartar
Mise en scène : Cécile Tournesol
Avec Tigran Mekhitarian ouThéo Askolovitch, Louka Meliava, Cécile Metrich, Julien Muller, CécileTournesol

Prix de l’Inédithéâtre 2010
Coup de coeur 2014 de l’association Théâtre à la Page

Scénographie : Bruno Collet
Lumières : Patrice Le Cadre
Vidéo-Images : Fred Bures, Jean-Thierry Debord, Hadrien Majorel
Musique : Aldo Gilbert
Costumes : Philippe Varache
Assistant : Roman Sitruk
Durée du spectacle : 1 h 15
Crédit photos: Fabienne Rappeneau

Jusqu’au 20 Janvier au Théâtre 13 / Seine

Tournée
– Du 14 au 16 Février / Théâtre Eurydice – 110 rue Claude Chappe, 78370 Plaisir
Le 14 à 14h30 et 20h30 – Le 15 à 10h30 et 14h30 –
– Le 16 à 15h et 20h30
– 18 Avril 2019 / Centre Marcel Pagnol / Rue Descartes, 91440, Bures-sur-Yvette) en matinée et en soirée

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest