Théâtrorama

Une diva, des chanteurs, des circassiens pour un show enchanteur

C’est une véritable fièvre de poussée créative que connaît le cabaret français. Le succès des shows burlesques et la revivification des arts du cirque réveille tout ça et l’on peut enfin voir autre chose que les revues traditionnelles, qui glissent deux numéros entre leurs girls emplumées. Lancée en décembre dernier sur la scène de La Nouvelle Eve, le Cabaret extraordinaire maîtrise les fondements et le langage du genre : sa proposition sort véritablement de l’ordinaire, avec de l’humour et de l’esprit, deux denrées qui vont très bien ensemble.Avant de partir pour une tournée française qui alignera, à n’en point douter, de nombreuses dates supplémentaires, on a découvert l’équipe dans ce bijou au cœur de Pigalle, tout en rondeurs et dorures.

En diamant de ce bel écrin, Maria Dolores (incarnée par Lou Hugot) est une maîtresse de cérémonie multi-talents, parfaite et hilarante. Avec un personnage juste un peu fofolle, elle est drôle sans déborder, sans avoir besoin d’emprunter aux registres habituels du comique féminin, ni aux mimiques outrées du boulevard. Elle annonce comme une madame Loyale, elle persifle et commente sans se priver. C’est jubilatoire tant les textes sont ciselés, au cœur d’une narration enjouée qui sert de fil rouge au spectacle. Elise Roche, chanteuse venue de la troupe des Sea Girls apporte son joli grain de voix pour des ritournelles drôlatiques, un assistant sert de martyr, un jongleur fait rire, un chanteur vocalise, toute l’équipe s’impose sans chercher à voler la scène de son collègue. La mise en scène, signée Armelle Hédin, est fine et juste, avec ce qu’il faut de décalage dans le propos. Ce spectacle délicat laisse une jolie place à l’inattendu travaillé, aux faux accidents qui ravissent le public. C’est souvent second degré, mais sans snobisme. Ces drôles de numéros sortent du lot et même quand ce cabaret extraordinaire revisite les classiques du music-hall, la poésie s’impose. Outre Armelle Hédin, dont on suivra désormais le travail de près, la réussite de ce show très accompli repose également sur une direction musicale aux petits oignons, assurée d’une main leste et précise par Fred Parker, délicieux et inspiré. Le public rit de bon cœur et se laisse gagner par cette invitation au bonheur, alors faites comme lui !

Le Cabaret extraordinaire
Une production Avril en septembre
Avec Maria Dolores, Christian Tétard, Elise Roche, Immo, Le cirque des mirages (Yanowki Et Fred Parker).
Mise en scène : Armelle Hédin
Direction musicale : Fred Parker

Le 16 février à Elancourt (le Prisme), le 1er mars à Saint Romain de Colbosc (Le siroco), le 15 mars à Irigny (Le sémaphore), le 28 mars à Vaux Le Pénil (La ferme des jeux), le 4 avril à Fouesnant (L’archipel)

Crédits photos : Stella. K.

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest