Théâtrorama

Après le triomphal « C’est tout moi », la jeune comique belge investit à nouveau la salle parisienne qui lui a porté bonheur. Un spectacle 100% humour, encore plus drôle, plus rythmé, mieux construit mené par cette formidable comédienne. Courrez-y avant que le cinéma ne nous la pique !

crédit photo Cécile Huet

On se souvient de son entrée en scène lors de son précédent spectacle. Elle embrassait la salle entière ou presque. Comme on embrasse la vie. Pas d’inquiétude, elle ne va pas nous refaire le coup du parapluie et du manteau dont elle délestait les retardataires. C’est un spectacle tout nouveau que nous propose Virginie Hocq. Tout nouveau et plus beau encore que le précédent.

Si la joyeuse ambiance de « C’est tout moi » n’a pas déserté les planches, elle alimente désormais une plus grande qualité dans les textes qui se parent d’une folie communicative en diable. Des sketches bien calibrés, très écrits, souvent très courts imposent un rythme qui sied à merveille au tempérament de cette formidable comédienne polymorphe. Car sur scène, Virginie Hocq est un ouragan qui provoque des déflagrations de rires. Son habileté et sa souplesse de gymnaste épousent ainsi par ses contorsions toutes celles qu’elle inflige, pour notre plus grand bonheur, à la réalité quotidienne, inépuisable source de son inspiration.

Très cru, très Q
Ainsi quelques perles de ce spectacle, extirpées d’un quotidien tout ce qu’il y a de plus banal (la chirurgie esthétique, les échanges de lettres entre époux ou encore le nouveau slogan qui fait fureur pour nous inciter à manger plus « vert »), deviennent-elles des moments totalement loufoques, à la lisière du surréalisme. Et comme Virginie Hocq, un peu à la manière de Valérie Lemercier (à laquelle on songe parfois) n’hésite pas à aller très loin dans cette anamorphose du quotidien, son propos se nimbe aussi parfois d’une hilarante cruauté ou d’un érotisme très cru -et très cul- totalement décomplexé, le tout enrobé d’un nuage de fine grossièreté. Le capital sympathie et la connivence totale avec le public font le reste.

En ces temps de sinistrose sociale, cette excellente comédienne à laquelle le cinéma fait déjà les yeux doux nous fait don du meilleur des antidotes. Un spectacle totalement ad’Hocq !

Virginie Hocq : Pas d’inquiétude
Mise en scène : Marie-Paule Kumps
Auteurs : Virginie Hocq, Marie-Paule Kumps, Jérôme de Warzée et Marc Donnet-Monnay
Création lumières : Marine Berthomé
Au Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté, 75014 Paris
Site web
Du mardi au samedi à 21 heures et le dimanche à 17 heures
Durée : 1h20

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest