Théâtrorama

Mais comment ont-ils donc fait pour mettre cette voiture sur la scène du Théâtre de Chaillot ? Question saugrenue, sachant que la voiture est indispensable à la représentation de tout « road-movie »…Même au théâtre.

Appartenant à la mythologie et à la contre culture américaine, le genre est habituellement traité au cinéma ou à la télévision. Transposant la thématique du « road-trip » sur la scène de théâtre avec des moyens artisanaux, Marc Lainé nous offre avec « Vanishing Point », une vision poétique et métaphorique d’un spectacle entre installation et mise en scène.

L’histoire commence dans un garage, quelque part dans la banlieue de Montréal. Suzanne, une femme d’une cinquantaine d’années s’enferme dans sa voiture, allume le moteur et le laisse tourner. La fumée des gaz d’échappements remplit peu à peu l’espace clos de l’habitacle et nous voyons Suzanne s’asphyxier lentement. Elle finit par s’évanouir. En tombant sur le volant, sa tête déclenche la sonnerie assourdissante du klaxon…

Ailleurs, dans un club à Montréal, une mystérieuse jeune femme entourée de musiciens prend le micro pour nous faire le récit de sa propre traversée du territoire amérindien… Dans la fumée des gaz d‘échappement, un autostoppeur d’une trentaine d’années fait son apparition. Sur un bout de carton une destination : « Waskaganish ». À l’instant précis où le jeune autostoppeur lève le pouce, Suzanne, dont on ne sait si elle est vivante ou morte, se redresse,ouvre les yeux et l’invite à monter dans la voiture. Leur voyage commence…Montréal-Waskaganish : 2400 km sur la route de la Baie James dans le Grand Nord québécois.

De l’art du « road-trip » sur scène
Peut-on se trouver à deux endroits en même temps, se demande l’un ou l’autre personnage. Inspiré par la culture chamanique des Indiens Cri, Marc Lainé nous attrape dans un rêve, en bordure du monde. La scène ressemble à la fois à un plateau de cinéma pendant un tournage avec ses trucages, ses décors en trompe l’œil, à un garage où répète un groupe de musiciens et à un endroit où sont entreposés des éléments de décor de théâtre. La route de la Baie James défile en arrière plan sur un écran, les acteurs sont filmés par plusieurs caméras dans leur voiture ; leur image incrustée dans le paysage décale tout à coup la réalité. Nous sommes en voiture sur la route de la Baie James en compagnie de Tom et de Suzanne, dans une tempête de neige, un motel ou un fast-food, à la fois sur la scène et dans l’image.

Cassant l’évidence de la représentation, le film se fait sous nos yeux et crée une rupture. Les temporalités se confondent, s’entrechoquent, s’interpellent. Est-ce le dernier rêve de Suzanne, se suicidant ? Est-ce celui de Tom l’auto-stoppeur à la poursuite d’une femme fantasmée ? Comme on traverse le territoire Cri, est-ce le monde des vivants ou celui des morts au cours d’un voyage chamanique ? « Loin de tout réalisme, un road trip sur scène est forcément un voyage mental, une virée fantasmatique à travers des paysages imaginaires » affirme Marc Lainé. Illustrant les images de ces espaces métaphoriques que sont les routes et les déserts du Grand Nord canadien, la musique rock devient un élément essentiel de cette histoire à la limite du fantastique.

À travers les grands espaces aux perspectives infinies de l’Amérique du Nord, Marc Lainé nous propose un voyage mental vertigineux et fascinant. Avec les musiciens du groupe Moriarty, – avec lesquels Lainé collabore pour la seconde fois – présents sur scène et les comédiens,- Pierre-Yves Cardinal, vu récemment dans « Mommy » de Xavier Dolan, Sylvie Léonard, star du petit écran et des planches québécois et Marie-Sophie Ferdane, ancienne pensionnaire de la Comédie Française – il nous entraîne dans la quête d’un amour impossible où réel, fantasme, souvenir et fantastique se répondent, se superposent avant de s’évanouir dans les lignes de fuite du paysage.

Vanishing Point (Les deux voyages de Suzanne W.)
Conception, Installation et Mise en scène : Marc Lainé
Musique : Musiciens de Moriarty
Video : Baptiste Klein, Benoît Simon
Avec Pierre-Yves Cardinal, Marie-Sophie Ferdane, Sylvie Léonard et les musiciens de Moriarty : Charles Carmignac, Thomas Puéchavy, Vincent Talpaert, Stéphan Zimmerli
Durée : 1 h 20

Du 28 Mars au 17 Avril 2015 au Théâtre de Chaillot

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest