Théâtrorama

« En moi, il n’y a que des mots et de l’amour ». Cette phrase qui ouvre le spectacle de D’de Kabal nous sert de viatique tout au long de cette nuit en palabres mise en scène par l’auteur et Hassane Kouyaté.

Né dans une famille de griots au Burkina Faso, Hassane Kouyaté a bénéficié d’un apprentissage traditionnel. De ce dernier, il retient surtout l’essence de la fonction et l’art du geste qu’il associe à une formation solide de comédien. Véritable touche -à- tout, D’de Kabal vient du rap et du slam et c’est dans ses racines antillaises qu’il puise une partie de son inspiration. Sa voix rugueuse est une signature qui scande une poésie aux accents d’un Césaire qui se serait frotté aux rythmes du hip-hop. La rencontre des deux artistes s’est faite autour des mots, ceux transmis par la tradition de la terre africaine et ceux qui s’ancrent dans l’asphalte des villes.

Une nuit en Palabres met en scène l’histoire d’une rencontre, le temps d’une nuit. Comme une incantation, parfois à la limite de la transe, le spectacle interroge la matière des mots liquides. Ces mots qui, des confins du désert aux plages de sables blancs des îles, invitent à raconter le monde et à le partager.
À tour de rôle, la parole se distribue entre Tarek le diseur, Akka le poète papier, marchand de rêves et Addil, le paroleur, le plus proche de l’écoute et du silence.

Crédit photo Willy Vainqueur

Le métissage du monde
Entre théâtre et slam, soutenu par une musique qui s’entrelace dans les mots, le texte parle aussi de la transmission, du déracinement et de l’acculturation. Au-delà du texte, l’aventure reste aussi une rencontre entre artistes et joue sur la transversalité par-delà les continents. Venus des Antilles, du Maghreb, de Nouvelle-Calédonie, d’Afrique et de France, les cinq artistes, comédiens, musiciens et conteurs, racontent le métissage du monde et déroulent une identité multiple tout en partageant la même langue.

La mise en scène s’appuie sur le jeu physique des comédiens et des musiciens. D’de Kabal incarne l’ancrage dans la terre, tandis qu’Abd El Haq semble s’envoler avec ses mots et que le jeu tout en fluidité de Denis Pourawa le rapprocherait de l’eau. La parole ancestrale et sacrée du griot circule d’un élément et d’un espace à l’autre. Elle finit par rencontrer cet être issu d’un ailleurs indéfini, sans attache et à l’identité aux contours imprécis. À la croisée des mondes, pétri de toutes les influences, il s’empare de cette parole, la transforme pour devenir à son tout passeur de mots.

Toute la poétique d’Une nuit en Palabres réside aussi dans l’organisation scénique et sonore de ces différents mondes. Le dispositif scénique consiste en un espace grillagé au centre du plateau où sont installés les musiciens et leurs instruments, au milieu d’un fatras de cartons. L’espace n’est pas sans évoquer les terrains de basket de rue dans les villes.

Pourtant cette scénographie qui nous paraît juste sur le plan dramaturgique se révèle parfois inefficace pour soutenir le jeu des acteurs en raison de sa légèreté. Faute de pouvoir s’en servir pour en faire un appui de jeu, certains gestes des comédiens sont à peine esquissés et rendent la mise en scène flottante. Le spectacle n’en est qu’à ses débuts, on peut espérer une amélioration…

Lorsque les lumières reviennent, la boucle est bouclée. La parole du griot a circulé, s’est transmise et renaît dans les mots des poètes slammeurs qui, à leur tour, font résonner ce qui habite à l’intérieur de leurs mots.
Le voyage s’achève et nous a permis de franchir une frontière dans l’espace mental qui se situe quelque part entre le conte, le rêve éveillé et le voyage intérieur.

Une nuit en palabres
Texte de D’ de Kabal
Mise en scène : Hassane Kassi Kouyaté et D’ de Kabal
Avec Benoît Delbecq, Abd El Haq, D’ de Kabal, Hassane Kassi Kouyaté, Franco Mannara , Denis Pourawa
Scénographie : Clémence Kazemi
Lumières : Laïs Foulc
Son : Thierry Cohen / Patrick Plisson
Du 2 au 14 novembre 2010
Maison des Métallos
94 Rue Jean-Pierre Timbaud – Paris 11°
site web
Réservations: 01 47 00 25 20

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest