Théâtrorama

Un démocrate de Julie Timmerman

Un démocrate de Julie TimmermanUn démocrate – Société de communication, marketing, et autre propagande, tout suggère sa présence et pourtant le grand public le connaît assez peu. Lui, c’est Edwards Bernay, neveu de Freud et inventeur de ces techniques de manipulation des masses qui, depuis les années 20 ont envahi tous les domaines du commerce à la politique, du management d’entreprise aux croyances en tout genre.

Eddie n’a pas d’ambition précise. Eddie vend du savon. Eddie vend des pianos. Eddie vend du bacon. En fait non, Eddie ne vend rien, il fait en sorte que les gens achètent. En 1929, c’est la crise pour tout le monde, mais pas pour Eddie. Il fait fortune à New York et se contente d’appliquer au commerce certaines découvertes sur l’inconscient de son tonton Sigmund. Eddie sait trouver et actionner les leviers qui endorment l’esprit critique pour que tout un chacun devienne un consommateur docile qui achète, vote et part à la guerre – en toute liberté. Et lorsque ses méthodes sont utilisées par la propagande nazie, Eddie est désolé, horrifié même, car Eddie est un vrai démocrate.

Eddie meurt paisiblement en 1995, à 103 ans, avec le sentiment du devoir accompli. Il a vendu des cigarettes, des Présidents des Etats-Unis, des coups d’Etat de la CIA, et il laisse derrière lui un système de manipulation des foules qui s’est imposé partout.

Un démocrate : la croyance, voilà la seule vérité

Un démocrate de Julie TimmermanJulie Timmermman qui met en scène et joue dans ce spectacle place son activité théâtrale au cœur de la cité, « s’inscrivant, dit-elle, résolument dans la tradition brechtienne de l’engagement artistique compris comme engagement politique ». Démonter les rouages de cette société néo-libérale et mondialisée qui privilégie l’utilitarisme, l’immédiateté revient à faire de la parole artistique un acte politique.

Portés par quatre comédiens (Anne Cantineau, Mathieu Desfemmes, Julie Timmerman et Jean-Baptiste Verquin) qui s’amusent comme des fous, l’histoire d’Eddie Bernays se déroule sous la forme d’un jeu choral réglé au cordeau. Tout se fait en direct : chanter, éclairer le plateau, passer d’un rôle à l’autre. Dans Un démocrate, chaque comédien détient une part du récit qui passe du mode épique au dialogue incarné, passant aussi par un jeu distancié qui démonte les méthodes de Bernays de façon pédagogique et documentée. De temps à autre des sortes de laborantins commentent le spectacle d’un homme qui se débat dans la maison qu’ils ont créée pour lui – « métaphore du système de la pensée unique dont on ne peut sortir ». Une grande table poussée par les comédiens vers le public du fond de scène au proscénium, devient l’une avancée symbolique d’un temps qui se déroule des années 20 à notre époque.

La mise en scène de « Un démocrate » joue avec beaucoup d’à-propos sur la verticalité d’un décor qui se construit ou se déconstruit en fonction d’un discours qui manipule et organise à son profit les désirs, les conduites et les pulsions de chacun à l’échelle planétaire. La parole circule, s’enroule, s’échange et met à jour les mécanismes d’un engrenage implacable.

Un démocrate de Julie TimmermanLe théâtre devient le lieu subversif qui laisse voir les ficelles de la manipulation, qui laisse entendre les discours à double sens, qui défait les certitudes et les repères. À la fin se la pièce, dans un souffle puissant, le mur sur lequel sont épinglées les photos et les preuves qui montrent l’organisation du système et de ses ramifications dans tous les domaines, tombe et laisse voir les pendillons et les câbles d’un théâtre rendu au pouvoir de l’imaginaire.

Dans Un démocrate, sans démonstration, avec un humour et une fausse naïveté réjouissante, Julie Timmermman et ses partenaires parviennent à mettre à jour les rouages de cette machine infernale qui fait appel à l’autorité et au mensonge, qui tente de maîtriser le timing médiatique, qui récupère et organise des événements souvent superficiels pour rompre la monotonie du quotidien, qui s’appuie sur l’instinct grégaire et colonise les esprits par tous les moyens…Ces démonstrations, dirait Bernays, ne sont que l’œuvre d’esprits chagrins, Le lien émotionnel créé avec chaque produit vendu, fait de vous non pas un client mais un être qui fait des « expériences ».

Un démocrate
Texte & Mise en scène : Julie Timmerman
Avec Anne Cantineau
Mathieu Desfemmes
Julie Timmerman
Jean-Baptiste Verquin
Scénographie:Charlotte Villermet
Dramaturgie : Pauline Thimonnier
Lumière : Philippe Sazerat
Musique : Vincent Artaud
Costumes : Dominique Rocher

Durée : 1h25

Vu au Théâtre d’Ivry Antoine Vitez dans le cadre des Théâtrales Charles Dullin 2016

Jusqu’au 29 janvier au Théâtre de l’Opprimé-Paris

6 Février- ATP de Poitiers
12 Mars /Centre Culturel Baschet -St Michel/Orge
24 Mars /Carré Sam-Boulogne/mer
20-21 Avril / Théâtre des deux Rives -Charenton-Le-Pont

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest