Théâtrorama

Toutou

La direction d’acteurs d’Anne Bourgeois fait ici encore des merveilles dans un spectacle enlevé et vif et qui pourtant ne parle que d’affaissement de la vitalité et de ce morne train-train qui guette tous les couples et leur inévitable érosion. Un vrai trio gagnant sur scène !

Un couple tout ce qu’il y a de plus rangé, ordonné, soudé, brillant. Ils se sont rencontrés dans des conditions rocambolesques mais tout cela est désormais relégué dans un placard dont ils ont jeté, voire perdu, la clé. Ce soir, leur préoccupation, c’est Toutou. Z’avez pas vu Toutou ? Non ce n’est pas une chanson de Nino. C’est le constat terrifiant que monsieur donne à son épouse en remontant chez eux, la laisse à la main et rien au bout. Le chien a disparu ! Drame de la vie conjugale, auquel vient s’ajouter la visite du plus vieil ami, largué et en mal de tendresse…

Une niche qui fonctionne
Le schéma narratif n’est certes pas nouveau et ce qui constitue ici le catalyseur de tous les emportements parfois passionnés et passionnels pourrait prendre toutes les formes. Un mauvais choix de patronyme dans « Le Prénom ». Un chien ici. Le tout est qu’ensuite le grand déballage trouve son rythme, son originalité, sa pertinence. Agnès et Daniel Besse livrent un texte qui lorgne résolument vers la drôlerie (le couplet de Sam Karman sur la nuisibilité du chien est à hurler de rire, parole de cynophile acharné…), le tout mâtiné de satire de cette petite vie bourgeoise parisienne rangée que rien ne devrait remettre en question. L’ensemble est vif, le propos intelligent et l’écriture brillante.
Cette partition à trois personnages au mécanisme fort bien huilé est campée sur scène par trois pointures. Patrick Chesnais, dont le cinéma aime tant capter l’énigmatique charisme, jubile littéralement sur les planches et révèle un énorme potentiel comique avec une déconcertante facilité. Son épouse (à la ville aussi) Josiane Stoleru, immense comédienne de théâtre est une Zoé tour à tour pleurnicharde ou vitupérante absolument délicieuse. Enfin Sam Karman, grand bonhomme de cinéma (comme comédien et cinéaste) complète le tableau avec son flegme tranquille dans le rôle du meilleur ami et arbitre de cette drôle de scène de ménage. Un vrai trio gagnant !

Toutou
D’Agnès et Daniel Besse
Mise en scène : Anne Bourgeois assistée de Sonia Sariel
Avec Patrick Chesnais, Josiane Stoléru et Sam Karmann
Décor : Stéfanie Jarre
Accessoires : Niels Zachariasen
Costumes : Mimi Lempika
Lumière : Gaëlle de Malglaive
Son : Jacques Cassard
Du mardi au samedi à 21 heures, le samedi à 17h30 et le dimanche à 16 heures.

Théâtre Hébertot
78bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris
Réservations : 01 43 87 23 23 ou 0892 707 705
Site web
Durée : 1h40

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest