Théâtrorama

Le choix comme moteur de l’action …

A la Manufacture des Abbesses, la pièce d’Alan Ayckbourn, « Smoking, No Smoking » est présentée pour la première fois en France. Alain Resnais l’avait adapté au cinéma en 1993, cette fois-ci c’est au tour d’Eric Métayer, fils de l’humoriste Alex Métayer, de tenter le coup sur scène. « Smoking, No Smoking », fumer ou ne pas fumer, faire ou ne pas faire, telle est la question…

smoking

Deux comédiens se partagent la scène, Gwénaël Ravaux interprétant à tour de rôle Célia Teasdale et Sylvie, et Antoine Séguin jouant Toby Teasdale et Lionel Hepplewick. Pour Célia, la vie est une succession de choix, ayant des influences plus ou moins importantes et graves sur sa vie. Doit-elle partir avec le jardinier et homme à tout faire, doit-elle aller répondre à la porte, doit-elle changer de vie, mais surtout et en premier lieu, doit-elle prendre cette première cigarette. Chaque décision comprend son lot de conséquence, Alan Ayckbourn s’amusant avec le thème de « l’effet papillon » tout en tordant le cou à la théorie du chaos. La pièce est alors construite comme une pièce, de monnaie, où le spectateur peut découvrir le côté pile ou le côté face, tout en restant cependant parfois sur la tranche.

Sur scène le décor est minimaliste, un tapis vert en guise de jardin, quatre chaises renversées et une cabane, qui ne doit son existence, qu’aux mimes des deux comédiens. Campant quatre personnages à deux, ils passent d’un rôle à l’autre, enfilant sous nos yeux, une casquette ou un gilet, arrivant avec succès à créer l’illusion d’un quatuor. Néanmoins, la faiblesse du texte, ou de son adaptation, semble parfois gêner l’interprétation et tend à affaiblir le rythme que l’action tend à insuffler.

smoking1

Première proposition, Deuxième Proposition
La mise en abyme du choix et de ses ramifications sont évoqués par habiles apartés. Ainsi, la réelle trouvaille de la mise en scène consiste à superposer deux propositions et à s’intéresser aux suites de chacune d’elles. Concrètement, deux destins nous sont offerts, et ils sont tour à tour, à l’aide de flashbacks successifs, explorés jusqu’à leur dénouement. Cependant, le metteur en scène aurait pu faire le choix de prendre plus de risques, ou de creuser plus profondément les deux chemins tracés par les décisions prises.

L’heure de spectacle passe assez rapidement, peut-être trop d’ailleurs, dans ces deux univers parallèles du « choix » suprême. Plusieurs passages sont amusants et très plaisants, tandis que Gwénaël Ravaux arrive à tirer son épingle du jeu, notamment dans une scène loufoque avant la crise de nerfs. Des bons moments qui arrivent à faire sourire, et si le spectateur ne regrette en aucun cas son choix, il reste un peu sur sa faim.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
Smoking, No Smoking
Pièce d’Alan Ayckbourn
Mise en scène: Eric Métayer
Avec Gwénaël RAVAUX et Antoine SÉGUIN

Du 25 mai au 1 juillet 2009.
Les lundis, mardis, mercredis à 21 heures

La manufacture des Abbesses
7, rue Véron, 75018 Paris
http://www.manufacturedesabbesses.com/
Réservations : 01 42 33 42 03
[/slider]

Vous pourriez aimer çà


  1. A ne pas louper ! Je suis allé voir cette pièce, sans avoir vu le film mais en connaissant l’histoire, et j’ai passé un très agréable moment ! Les comédiens sont tout aussi bons que le scénario. Très drôle et très rafraichissant, je la conseille à tout le monde !

    bol2ry / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest