Théâtrorama

Sallinger

Au Théâtre 71 de Malakoff est montée la pièce Sallinger de Bernard-Marie Koltès. Le projet a réuni Paul Desveaux, metteur en scène français et Celine Bodis, comédienne argentine, vivant en France. Traduite en espagnol par Violeta Weinschelbaum, la pièce a été l’occasion pour des comédiens Argentins de découvrir l’univers de Koltès qu’ils ne connaissaient pas.

En revenant en France, joué en espagnol et surtitré en français, le texte de Koltès perd beaucoup de sa force poétique et ne parvient pas à s’imposer, malgré la très grande qualité des comédiens. Le résultat laisse une impression étrange. Celle de talents juxtaposés où chacun peine à trouver sa place.

Le projet d’association de Paul Desveaux et Céline Bodis s’inscrit comme un prolongement de ce qui a présidé à l’écriture de ce texte issu de sa confrontation directe avec la scène. En 1977, Koltès écrit un récit inspiré par Jérome David Salinger le romancier américain si populaire auprès des adolescents depuis la publication de L’attrape-cœurs dans les années 50. Le metteur en scène Bruno Boëglin s’en empare pour le proposer dans le cadre d’un travail d’acteurs. Le résultat donnera Sallinger (avec 2L), un texte qui s’inscrit résolument dans l’univers de Koltès à la fois dans les thèmes ( la perte, la mort, le désir…), la tonalité nocturne et les rythmes poétiques.

« Dans un New York abstrait, nocturne, déconnecté » nous dit la didascalie du début de la pièce, le Rouquin vient de se suicider. Fils aîné, adulé par son frère et sa sœur, sa mort va provoquer le démembrement de cette famille qui tente de préserver les apparences de l’harmonie. Les histoires se croisent, les personnes se racontent pour essayer de renouer les fils d’un dialogue qui s’est rompu depuis longtemps alors qu’au loin, résonnent déjà les rumeurs une guerre sur le point d’éclater…

La pièce s’ouvre sur la mort du Rouquin. Desveaux la met en scène en faisant descendre le cercueil, porté par 3 personnes parmi les spectateurs jusqu’à l’espace scénique. L’image est belle et forte. Elle évoque l’univers de certains films sud américains qui débutent souvent par un enterrement. La scénographie met en place un New York fantasmagorique, où des containers en alu font office de maison ou délimitent l’espace du funérarium. Ils enferment la vie étriquée de la famille du Rouquin ou évoquent l’extérieur d’un cimetière. Une voiture de grosse cylindrée raconte en raccourci le rêve américain qui s’est dissous dans les déceptions, les non dits et les petitesses.

La pièce est portée par l’énergie d’un magnifique groupe d’acteurs à la gestuelle précise, qui parviennent dans une certaine folie des corps à rendre compte du tragique qui traverse l’histoire. Pourtant, cette folie retombe vite pour laisser la place à une mise en scène un peu répétitive. Le texte est dit systématiquement par chaque comédien à l’avant scène, le fond est occupé par d’autres acteurs qui ne semblent pas savoir comment justifier leur action et lui donner une assise. On s’ennuie, déçus de ces potentialités inexplorées.
Le projet initial avait pour vocation une recherche entre théâtre et chorégraphie à partir de quelques scènes du texte. Peut-être a-t-on perdu le mouvement chorégraphié en introduisant l’ensemble du texte ? Peut-être le montage technique quelque peu compliqué, évoqué au début en est-il la cause ?
La rencontre des imaginaires n’a pas eu lieu, l’envie est là, mais faute de direction assumée, on reste sur sa faim et on le regrette.

[note_box]Sallinger
De Bernard-Marie Koltès
Un projet de Paul Desveaux et Céline Bodis en espagnol, surtitré en français
Traduction en espagnol : Violeta WEINSCHELBAUM
Mise en scène et scénographie: Paul DESVEAUX
Avec : Céline Bodis, Lucrecia Capello, Roberto Castro, Luciana Lifschitz, Javier Lorenzo, Francisco Lumerman, Anita Pauls, Martin Slipak
Crédit photo : Carlos Furman[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest