Théâtrorama

Jeune comédien qui a déjà roulé sa bosse en Belgique, Roda s’invite sur les planches du petit théâtre parisien du Bout pour un spectacle bouillonnant qui tord hardiment le cou à quelques idées reçues. Quelques réglages s’imposent encore mais à coup sûr ce garçon a des choses à vous dire…

Quatre lettres pour patronyme. Quatre pays pour origines. Joli mélange qui nous laisse songeur quand apparaît le garçon sur scène. Malgré son teint mat et son sourire éclatant, il ne semble pas vraiment sorti du même moule que certains trublions devenus les rois du stand up. Ce qu’il ne tardera pas à confirmer. Du Maghreb, il n’a qu’un petit quart. Du Maroc, plus précisément. Le reste navigue entre Liban, Guinée et… Belgique ! Vaste programme que d’assembler un tel puzzle. Mais au fond, cherche-t-il vraiment à le faire ?

Malgré un début inquiétant…
L’apanage de tout bon comique est avant tout d’arriver là où on ne l’attend pas. Il ne va donc pas s’agir ici, puisque comique il y a, et qu’il est, disons le une bonne fois pour toutes, plutôt bon, d’asséner de plates vérités sur ces quatre coins du monde dont ce garçon est issu. Il commence par nous le dire d’ailleurs de manière très « j’me r’fuse de faire comme mes frères de sang » en fustigeant la vague des humoristes sur laquelle il refuse de surfer à son tour. Mais à trop asséner cette vérité, il s’éloigne de son propos et force est de constater que le début de son spectacle fait craindre le pire. Parodier, d’accord. Imiter en croyant parodier, non ! Heureusement, ce préambule terminé, place à l’humour, le vrai, celui pour lequel on est là. Là, le spectacle prend son envol, lentement d’abord avec une leçon de drague en boite déjà vue des dizaines de fois. C’est lorsque le propos s’arrête sur des sujets plus grinçants (les condamnés à mort aux États-Unis, la burqa, les expulsions, les situations irrégulières) que la vitesse de croisière atteint son plein rendement. Car non seulement c’est très drôle mais l’écriture vive et concise offre à cet excellent comédien matière à vraiment s’exprimer. Au final les deux tiers de ces quatre « quarts d’identité » font oublier le premier. Équation positive sur laquelle l’auteur nous a par ailleurs assuré qu’il continuait à travailler. Prometteur donc, à plus d’un titre.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Quart d’identité (site web)
De Roda
Mise en scène : Victor Scheffer
Avec Roda
Tous les samedis à 20h30
Café théâtre LE BOUT
62 bis rue Pigalle 75009 PARIS (Métro : Pigalle)
Réservations:01 42 85 11 88
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !