Théâtrorama

Pour Claude Brozzoni, la scène est un endroit de rencontre et d’imaginaire partagé, un espace de la pensée et de l’émotion pour nourrir notre seul bien commun : notre part d’humanité. Pièce après pièce, il construit un théâtre politique et épique, loin des clichés et des gesticulations, où se rencontrent la poésie, la musique et même le peinture.

Travaillant en général à Annecy et dans sa région, son travail est trop rarement vu – à Paris, du moins – et c’est pour cela qu’il faut vite découvrir son dernier spectacle autour de l’œuvre de Mahmoud Darwich, installé pour quelques dates à la Maison des Métallos, et qui sera ensuite en tournée dans toute la France. Au-delà du temps et de l’espace, le plus grand poète palestinien et le metteur en scène français ne pouvaient que se rencontrer, tant l’humanisme rapproche leurs démarches artistiques.

Né en 1941, en Galilée, Darwich se trouve réfugié dans son propre pays et assigné à résidence durant plusieurs années à Haïfa. Il quitte Israël en 1970 pour Le Caire, puis Beyrouth avant de revenir s’installer à Ramallah, dans les territoires palestiniens, en 1996. On a souvent catalogué Mahmoud Darwich de chantre de la cause palestinienne. Pourtant limiter la parole de cet immense écrivain à cette dimension unique c’est nier la force d’une poésie qui se déploie et embrasse l’univers.

Poète, vos papiers !…
Sur une scène recouverte de tapis d’orient, deux musiciens, un peintre et un comédien vont décliner, chacun dans leur domaine les textes de Mahmoud Darwich et cela donne un spectacle où l’on se sent au large. Embrassant le rythme et le souffle- même des mots du poète, les percussions, l’accordéon ou les cordes de Georges Baux et Claude Gomez font écho à la fresque du peintre Thierry Xavier. Collant aux mots, la peinture prend sa source dans le corps même du peintre qui, au rythme des notes, la fait naître sous nos yeux. La musique refuse les effets d’un orientalisme de pacotille pour tendre vers des rythmes de musique rock et de musiques savantes .
La voix d’Abdelwaheb Sefsaf nous fait savourer la force de poèmes qui racontent une terre rétrécie et mouvante, aux frontières imprécises qui disent l’éphémère de la vie. Regardant le public sans détour, occupant tout l’espace de son charisme et de sa voix puissante, il hurle, vocifère, éructe ou murmure les mots de Darwich. Il nous invite à le suivre au cœur même de l’émotion, de la colère au désespoir en passant par le rire et la tendresse.

Évitant la redondance, sans effets de lumière ou de mise en scène, Claude Brozzoni creuse dans la chair de chaque poème pour raconter une histoire qui parle à l’âme. Une histoire qui raconte la terre de Palestine avec sa lumière et ses hommes. Comme Darwich lui-même le fit dans ses poèmes, il ne s’agit pas ici de prendre uniquement une position politique, mais d’interroger non seulement l’exil et sa souffrance, mais aussi la beauté et l’amour inhérents à chaque humain, où qu’il soit sur cette terre.

 » J’ai la nostalgie du pain de ma mère,
Du café de ma mère,
Des caresses de ma mère (…)  »

nous lance la tristesse du poète. Nostalgie de ces choses si simples et qui nous semblent, à nous, si normales. Lorsque la musique s’arrête, nous avons été unis dans un cercle d’éternité où le temps quotidien a du mal à retrouver son cours. Sur la fresque en fond de scène, on peut lire « Quand nous embrasserons-nous ?  » alors que la voix soudain toute fragile d’Abdewaheb Sefsaf lance cette dernière interrogation du poète « On dit que je vis sur cette terre, mais où est ma maison ? ».

[note_box]Quand m’embrasseras-tu ?
De Mahmoud DARWICH
Mise en scène : Claude BROZZONI
Avec Abdelwaheb Sefsaf, comédien, Georges Baux et Claude Gomez, musiciens
Thierry Xavier, plasticien
Scénographie: Claude Brozzoni, Thierry Xavier
Crédit photo : Marc Limousin[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest