Théâtrorama

Paradoxal de Marien Tillet

Une jeune journaliste, sujette à des troubles du sommeil, décide d’intégrer un programme de recherche à destination des rêveurs lucides. Cette situation de départ permet au metteur en scène / écrivain / comédien Marien Tillet d’explorer avec les spectateurs les notions – plus troubles qu’on ne le croit – de rêve et de réalité.

Marien Tillet prend en charge l’ensemble des personnages, souvent loufoques, de ce programme de recherche scientifique dirigé par un médecin un peu imbu de lui-même. Il y a de tout dans ce programme de recherche, tout ce qui fait société : une caissière, un ado marmonnant, une retraitée… Chacun dans la salle pourra éventuellement s’y reconnaitre ou reconnaitre un membre de sa famille, ou un ami. Le décor est planté, l’ambiance rassurante. Commencer par donner confiance aux spectateurs. Une bonne façon d’amener le trouble par le suite, de cueillir les gens détendus par le rire.

Du stand-up au conte

La mise en scène proposée par Marien Tillet se rapproche du stand-up, c’est à dire de la forme de performance scénique la plus populaire aujourd’hui. À partir de cette forme, le comédien glisse vers l’incarnation, puis vers le conte. Les allers-retours entre ces différents types de récit, entre les différents locuteurs, peut amener les spectateurs à un trouble de la perception qui renvoie lui- même à la question du réel. Qu’est-ce qui est le plus vrai entre le rêve et la réalité ? Ce que nous vivons en rêve n’est-il pas aussi réel que ce que nous vivons dans notre vie de tous les jours ?

Le spectacle est réussi, mais il tient davantage de l’effet théâtral et de la magie que d’un trouble véritable. La mise en scène a recours à des musiques qui ressemblent à celles que l’on entend dans la plupart des films quant il s’agit de signifier l’inquiétude, le cauchemar, l’état de rêve… Les frontières du rêve et du réel sont donc – au fond – clairement respectées. Le spectacle agit plutôt comme une initiation aux mystères qui entourent ce continent noir du sommeil. C’est une invitation à se plonger soi-même dans ces recherches, à se reposer les questions abandonnées avec la fin de l’enfance, quand le réel finit par imposer aux adultes sa loi et son rythme…

Paradoxal

De et par Marien Tillet

Dispositif sonore : Alban Guillemot

Scénographie et lumière : Samuel Poncet
Régisseur Simon Denis et Pierre-Alain Vernette (en alternance)

Crédit photos: Samuel Poncet

Compagnie le cri de l’armoire 

Vu au Théâtre de Belleville
Prochaine date : le 6 avril 2019 au Théâtre La Marge de Lieusaint

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest