Théâtrorama

Un pont entre deux continents. La jeune Roukiata Ouedraogo est de retour en France après avoir promené son énergique spectacle entre Burkina-Fasso et Italie mais aussi à l’Essaïon à Paris l’été dernier. C’est le Bouffon Théâtre qui l’accueille cette fois. Une occasion de découvrir une comique attachante doublée d’une excellente comédienne qui fédère tous les publics.

Dans son Burkina-Fasso natal où elle aurait pu passer totalement inaperçue, ne serait-ce que par son patronyme qui est un peu le Dupont chez nous, elle est une véritable vedette, grâce à un téléfilm multi diffusé dans lequel elle a interprété un personnage très controversé là-bas. Mais la scène semble l’avoir davantage happée que les ondes cathodiques.

Son crédo : faire rire en distordant la réalité juste ce qu’il faut. Une double réalité même. Car, malgré sa nationalité française, Roukiata Ouedraogo est avant tout burkinabé. A l’instar de la plus célèbre créole du showbiz du siècle dernier, Joséphine Baker, elle a deux amours : Paris et Ouaga. Deux pôles d’attraction à partir desquelles elle ose balader son sens de la dérision, de l’autodérision aussi.

Petit Modèle deviendra grand…
Elle est haute comme trois ditakhs(1), ce qui lui vaut là-bas le sobriquet de « Petit Modèle ». En pleine préparation de ses valises pour rejoindre le pays, elle part dans un vagabondage où vont se croiser des personnages hauts en couleurs, de la coiffeuse à Château-Rouge (Paris) aux membres de la famille à Ouaga qui l’attendent à leur manière.

Tissant des situations souvent très drôles, la comédienne (excellente de surcroit) va parvenir grâce à une dévorante présence scénique, à aimanter son auditoire comme elle l’a fait sans encombre à Dakar récemment. Sa tournée intercontinentale revient sur Paris avant de reprendre place dans les centres culturels des capitales africaines. Une occasion à saisir pour découvrir cette belle artiste attachante qui, même si elle flirte parfois un peu avec la facilité, parvient à déployer beaucoup de charme et de talent. Un Petit Modèle qu’on espère voir grandir encore…

(1) Ditakh : fruit typiquement africain de la taille d’une petite pomme



Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest