Théâtrorama

La blonde et la brune !

C’est ainsi que l’on pourrait différencier les deux femmes de ce spectacle : La blonde, belle mais idiote, et la brune, piquante et carnassière ! Seulement voilà… la blonde n’est pas si idiote qu’on voudrait bien le penser, et la brune est plus morbide que carnassière. Mais là n’est pas tout à fait le sujet.

femme-mat

Un soir dans un appartement chic et tout de noir décoré, Claude attend l’arrivée de son hôte. Un soir pas tout à fait comme les autres, c’est un premier rendez-vous amoureux via internet. Sacha et Claude… Claude et Sacha… la fusion prendra t’elle ? On sonne, et là un quiproquo s’annonce : deux prénoms masculins dans deux corps féminins. Fatale erreur ! D’emblée Claude (la brune), surprise de la situation mais suffisamment perverse pour s’en réjouir, va mener la danse, du moins le croit elle. Sacha (la blonde) confuse mais sur ses gardes, n’entend pas se laisser croquer sans rien dire. Sous ses airs de fille stupide, elle va bousculer avec un certain génie naïf, les états d’âme de la première. Inquiétante, au bord de l’hystérie, on devine rapidement que Claude est une femme éprouvée, et que la vie ne lui a pas fait de cadeau. De cette rencontre peu vraisemblable, va naître une entente cinglante, mais étonnante. Chacune rêve du grand amour ! L’éternel prince charmant.
Faudrait-il pour cela, qu’elles décident de se remettre en question !

femme-matz-2

Soudain…
On sonne à la porte. « Vous attendez quelqu’un dit l’une ? Non ! Répond l’autre ». Et là surprise, Camille, « un homme charmant », pointe le bout de leurs espérances ! Que fait-il là ? Mystère… Commence alors, un balai frénétique entre les trois personnages. Trio amoureux et drôle, pathétique parfois, mais toujours complice d’une même idée : Quelqu’un va-t-il m’aimer ce soir ? Qui fera quoi et avec qui ?

Il y dans la pièce de Charlotte MATZNEFF et Jean-Philippe DAGUERRE, un mélange des genres : de l’humour, des idées noires, du suspens, la solitude des hommes, sans oublier la part de rêve. L’idée même de la confusion sur l’identité sexuelle est intéressante. La mise en scène de Jean-Philippe DAGUERRE et les décors restent académiques, mais l’espace il est vrai, ne permet pas de grandes enjambées … Cependant, plus le temps passe et plus le texte ne semble pas totalement abouti, comme une profondeur manquante. Les 1h10 passent vite, il faut tout dire, tout faire passer, mais trop vite. Dommage. J’ose dire : c’est un regret. Mais on sourit souvent, on se sent touché par ces personnages, on s’identifie peut-être… Les comédiens sont à leur place. La grâce de Charlotte MATZNEFF l’emporte sur le côté un peu trop mélodrame de Séverine DELBOSSE, et Thierry BATTEUX n’en fait ni plus ni moins. Petit moment de théâtre à faire fondre comme un bonbon acidulé, un dimanche après-midi. « Nous sommes une femme » oui ou non ?

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
NOUS SOMMES UNE FEMME
De Charlotte MATZNEFF et Jean-Philippe DAGUERRE
Mise en scène Jean-Philippe DAGUERRE
Décor : P.BATTEUX et JF COQUERY
Lumières : Simon GLEIZES
Théâtre du Petit Gymnase
38 boulevard de bonne nouvelle – Paris 10è
http://www.theatredugymnase.com
Réservation : 01 42 46 79 79
les samedis et dimanches à 18h jusqu’au 15 mars 2009
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest