Théâtrorama

De Ruzante à René Loyon

Dans une traduction de Claude Perrus, René Loyon met en scène « Les Noces de Betìa », la seconde pièce écrite dans un dialecte padouan par Ruzante alors qu’il a à peine 22 ans. La grande salle du Théâtre de l’Épée de Bois avec son mur de pierres apparentes en fond de scène constitue un décor magnifique qui évoque les rues du Padoue de la Renaissance. Écrite en vers libres, sous la crudité joyeuse et les propos paillards, de rebondissements en lamentations, surgit à travers la transgression du propos, la satire d’une société par un auteur qui adore la palabre et à la liberté de ton inouïe.

Les Noces de Betìa mis en scène par René Loyon

Ruzante

Dramaturge, metteur en scène et comédien, Angelo Beolco, dit Ruzante (1496 ? – 1542) originaire de Padoue, écrivit dans la langue vénitienne de sa région, des comédies reflétant le monde rural du XVIème siècle italien. Tout en mouvement, en satire et en coups de gueule, ses textes ont largement influencé la Commedia dell’arte.

À la noce

Dans un village de la région de Padoue, la jeune Betìa est courtisée par un amoureux transi et par un coureur de jupons. Enlèvement de la belle, restitution forcée, querelles, réconciliations suivies de coups et blessures mettent en émoi tout le village avant, pendant et après le mariage, jusqu’à ce qu’un pacte de libre-échange soit conclu entre les principaux intéressés. Affrontements, querelles, rebondissements, Bétìa (Olga Mouak) finit par épouser Zilio (Charly Breton) mais Nale (Maxime Coggio) revendique des droits sur la jeune femme, ouvrant un conflit entre les deux amis…

Les Noces de Betìa mis en scène par René Loyon

Modernisation réussie

Ne cédant pas à la facilité, sans faire d’impasse sur un texte en vers, René Loyon fait une mise en scène enlevée qui évite les écueils de l’esthétisme ; il réinvente le texte de Ruzante en en donnant un point de vue contemporain. Abolissant le décor, avec un nombre d’accessoires réduit au minimum, la scène, et son mur de pierres au lointain du théâtre, se transforme tour à tour en place, en église ou en seuil de maison. Boire un coup, casser la graine, discourir sur l’amour rassemble chaque protagoniste, homme ou femme, pour parler de « cette brûlure qui entre par les yeux pour attraper le cœur ». Le jeu des comédiens se déploie physiquement sans artifices et en toute liberté. On disserte à n’en plus finir sur l’amour, le mal d’amour, le désir impérieux. Le rythme, la scansion des mots, l’adresse directe au public ne sont pas sans rappeler le goût de la palabre et les battles chez les jeunes d’aujourd’hui rappelle Laurence Campet qui assure la dramaturgie du spectacle.

Truculence, hardiesse des images, la crudité et l’invention verbale des propos s’accompagnent de gestes lestes, évoquant la verdeur rabelaisienne dont Ruzante était le contemporain. « J’ai toujours entendu dire, comme parole d’Évangile, que notre monde sans amour ne pourrait pas durer plus de deux heures, et qu’aussitôt après viendrait la fin des temps » souligne Zilio, notre amoureux transi. Faisant feu de tout bois, loin de pseudo débats intellectuels sur la question, cette bande de joyeux lurons, menée par René Loyon, nous entraîne dans une sarabande effrénée, tout en bousculant les postures moralisatrices. Juste pour nous rappeler que l’amour est toujours une histoire de cœur et de ventre qui continue de faire tourner le monde.

 

Les Noces de Betìa
De Ruzante
Traduction de Claude Perrus
Mise en scène : René Loyon
Avec Charly Breton, Maxime Coggio, Titouan Huitric, Yedwart Ingey, Olga Mouak, Marie-Hélène Peyresaubes, Lison Rault
Dramaturgie : Laurence Campet
Lumières : Jean-Yves Courcoux
Crédit photos : Nathalie Hervieux

Durée : 1 h 50

Jusqu’au 15 octobre, du jeudi au dimanche, au Théâtre de l’Epée de Bois

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest