Théâtrorama

Certaines invitations au rêve ne s’encombrent d’aucun mot. Des mains géantes s’amusent entre elles, du temps, de l’espace, de l’assistance qui toise leurs figures étonnantes, pointant de l’index et tortillant de l’auriculaire avant de rejoindre l’invisible. Tout passera par elles qui ouvriront bientôt un rideau dévoilant un fond noir : ce monde infini qui demeure à l’abri derrière une paupière close. Les histoires qu’elles racontent sont uniquement visuelles ; ce sont des histoires muettes d’objets faits corps, ou de corps faits objets.

Ils n’ont presque pas de visage, puis mille se forment déjà, d’hommes, d’animaux, de contours indéterminés. Ils ressemblent à d’adorables créatures miniatures qui jouent avec le peu de choses, la plupart recyclées, qu’ils trouvent à leur portée, les gobant ou s’en servant pour se redessiner. Ils ressemblent aussi à chaque élément immense d’un bestiaire magique que nul n’aurait à craindre. On croirait qu’ils sont en plein rêve, mais ces quatre manipulateurs masqués, en secret derrière leurs ficelles, sont en fait en train de se rêver. Ils se conçoivent en caoutchouc, se contorsionnent en mousse, s’espèrent en fil de fer, se fondent en tuyaux qui se froissent et se confondent en tubes qui se tronçonnent.

Ils n’ont presque pas de prénom ni d’identité, puis mille s’offrent déjà à eux. Ils seront pieuvres, cygnes, singes, taureaux, éléphants et rhinocéros. Bouches aux langues qui se pendent. Enfants de pâte, adultes de carton, couples de papier en pleine crise domestique ou encore duettistes n’usant que d’une seule arme : celle de la création. Et puis, il y a aussi Blob, bouffi et amolli ballon blanc soufflé en orbite, avec ses globes célestes et lumineux à la place des yeux. Ils évoluent tous sur une terre de songe, une parcelle étrange mais non étrangère, aux possibilités infinies.

Mystères et savoir-faire
« Mummenschanz » apparaît, se tient immobile, danse, vole, fait son numéro, semble sourire, interpelle directement son public, puis disparaît en un éclair. « Mummenschanz » est un mystère : il cache le théâtre dans une paume et le silence dans l’autre. « Mummenschanz » est un signe : celui d’une main – « mummen » signifiant « mime » – qui vient se mêler à celui du hasard – « schanz » renvoyant à la « chance ». Sa matière est un masque qui maintiendra sa bouche fermée ; le langage devra se trouver ailleurs.

Il se trouvera par exemple dans un corps de ballet à tutus phosphorescents qui se transforme en un ballet de corps scintillants. Dans une feuille voletante et éphémère qui se retourne pour devenir une pièce vivante. Dans des lambeaux du quotidien qui se déroulent à même la chair en dévoilant les émotions. Sur la toile vierge d’un être dont l’anatomie s’esquisse grâce au spectateur qui se fera l’artiste d’un soir. Les artifices, mouvants et momentanés, se déploient librement. Parfois, les formes créées s’apparentent à des boucles, à des pleins et des déliés de signes de ponctuation ou de notes de partition. Mais les tirades de ce théâtre, ou les portées de cette musique, savent prendre le temps de l’intervalle ; elles sont aussi tranquilles que silencieuses. Sculpteurs d’ombres, virtuoses du secret, les artistes de cette troupe unique tendent depuis près de quarante-cinq ans un miroir de métamorphoses animées. Et la fiction qu’il renvoie est une symphonie gracieusement pianotée pour le seul regard, mais qui atteint tous les autres sens.

Mummenschanz. Les Musiciens du silence
Avec Floriana Frasseto, Raffaella Mattioli, Pietro Montandon et Philipp Egli
Au théâtre Antoine du 3 au 12 juillet 2015
Puis en tournée en France (Levallois le 27 septembre / Montrouge le 4 octobre / Mérignac le 17 octobre / Lyon le 8 novembre / Manosque le 11 décembre)
Photo © DR
Actualités sur le site de la troupe

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !