Théâtrorama

Un monstre dès la naissance pour celle qu’on n’appellera plus que Mouna (la guenon). « Un bec de lièvre m’avait-il excisé de toute humanité? ». Seule en scène, Nawel Debbagi nous livre comme une confidence ce somptueux texte d’Ananda Devi qui s’inscrit dans le premier volet d’un triptyque autour de l’autre et du regard de l’autre.

Superstition et peur de la différence, il ne fait pas bon naître avec une infirmité visible dans certains pays. Dans le village de l’île Maurice où elle naît, Mouna a failli ne pas voir le jour très longtemps. Ses parents la considèrent comme une malédiction. Son bec de lièvre s’affiche comme le malheur au bord des lèvres. La faire disparaître, ses parents y pensent comme une solution qui reçoit l’assentiment du village tout entier. Mais pas facile de noyer un bébé (tout le monde n’a pas la chance d’avoir un frigo efficace chez lui). Mouna s’accroche à la vie malgré les coups, la haine et les humiliations de sa famille qui finit par l’abandonner dans un four à chaux. Privée d’amour maternel et rejetée du clan des humains, elle grandit comme une enfant sauvage sans lien au monde qui l’entoure. Elle trouvera un refuge de tendresse auprès de sa grand-mère qui la berce en lui racontant l’histoire merveilleuse du Prince Bahadour et de la Princesse Housna. Mouna boit ses mots, elle qui ne s’exprime que par un zozotement qui fait de ses phrases un sabir incompréhensible. Et pourtant Mouna, elle aussi, est une conteuse qui s’invente son univers et se réchauffe auprès de son seul ami, un chien qui lui adresse son premier regard de compassion.

Conte moderne

© Dominique Martigne-Cie de la Feuille d'Or
Le texte d’Ananda Devi résonne en incantation dans la salle du théâtre du Temps. Fluidité des mots qui disent l’indicible, la blessure d’humanité de Mouna, et qui grondent en tempête ou déferlent en cascade. Les mots deviennent une fable. L’histoire de Mouna en hommage à tous les enfants rejetés pour leur différence. Le premier travail de Dany Toubiana est d’avoir adapté ce roman d’Ananda Devi en un monologue puissant qui saisit l’essentiel des intentions de l’auteur. Nawel Debbagi s’appuie avec confiance sur un texte qu’elle parvient à mettre en valeur en sachant s’effacer derrière les mots. Elle nous renvoie en écho le désespoir de Mouna, avide d’un regard d’humanité qu’on lui dénie et qui frôle la folie à chaque supplice d’indifférence. Suspendue sur un fil invisible, Mouna se raccroche aux mots pour ne pas tomber. Son bec de lièvre, on ne le voit pas mais on le ressent. Nawel Debbagi jongle avec les émotions, de la peur de Mouna qui affronte l’hostilité de la nuit à la colère de ne pas être entendue, de l’espoir de dépasser les barrières de la différence édictée à l’envie d’aimer coûte que coûte. Une voix de petite fille fragile qui grandit et s’affirme en cris d’une femme chargée du poids de son histoire au fil de la pièce.

Le texte résonne dans une mise en espace harmonieuse qui joue sur le confinement intimiste qui condense l’univers de Mouna. Le four à chaux avec ses pierres blanches et son sol poudreux où se mêle le sable (une pensée émue pour ceux qui nettoient la scène après chaque représentation) d’un côté qui occupe une grande partie de la scène. Un espace de liberté, de l’autre, pour Mouna qui livre ses aventures en jouant avec les voiles posés avec application sur le sol. Elle s’en drape pour se protéger, se cacher, les transforme en lange comme un objet transitionnel. Et un espace d’enfermement mais aussi d’espoir cadré par une lumière crue où Mouna rentre maladroitement en interaction avec une de ses semblables qui la regarde enfin avec humanité. La lumière revêt une importance capitale pour celle qui reste dans l’ombre. Le jeu de lumières accompagne les bougies qui participent à créer une ambiance intimiste. Volute d’encens, création musicale aux sonorités indiennes qui nous plongent au cœur de l’histoire, la mise en scène de Dany Toubiana est un écrin ciselé pour ce trésor textuel d’Ananda Devi.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Moi, l’interdite (site web)
Texte de Ananda Devi, adaptation Dany Toubiana
Mise en scène de Dany Toubiana, assistée de David Simon
Avec Nawel Debbagi

Jusqu’au 28 mai
Le jeudi et le vendredi à 20h30

Théâtre du temps
9, rue du Morvan
Réservations: 01 43 55 10 88
[/slider]

Vous pourriez aimer çà


  1. Je n’ai pas vu le spectacle (j’habite en Australie) mais le thème du besoin d’appartenir n’a pas de frontières, ni dans le temps, ni dans l’espace. Il définit notre humanité, lui donne un sens et raconte aussi son histoire.
    Merci

    Louise Dollin / Répondre
  2. Un somptueux texte d’Ananda Devi remarquablement servi par Dany Toubiana.

    emilie / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest