Théâtrorama

Michel Foucault, maïeutique au Monfort

Michel Foucault – LetzloveLetzlove ou Voeltzel si on remet dans le bon ordre. C’est le nom évocateur du garçon de 20 ans que Michel Foucault prend en autostop un jour d’été 1975 et c’est le pseudonyme que le philosophe lui trouve. Leur rencontre donne lieu à un livre d’entretien, Pierre Maillet en propose une mise en scène en forme de portraits croisés.

La maison d’édition Grasset lance dans les années 1970 une collection pour donner la parole aux jeunes. L’idée est de rendre visible après 1968 les aspirations, l’engagement et la vision du monde des nouvelles générations. Michel Foucault accepte de mener un entretien avec Thierry Voeltzel à la condition de rester anonyme pour que les réponses priment sur les questions. La pièce reprend le dispositif d’une conférence, cette forme simple permet au spectacle de voyager avec peu de moyens. Le plateau presque nu met en valeur la parole des comédiens. La lumière du diaporama met en avant la présence de Maurin Olles qui répond à la voix facétieuse de Pierre Maillet qui interprète le philosophe depuis le gradin.

Letzlove-Foucault, nouvelle dialectique

Michel Foucault – Letzlove

Signes d’une époque, Michel Foucault porte le sous-pull. Le jeune homme d’abord fils de famille bourgeoise porte chemise et chandail puis étudiant révolutionnaire se défait du chandail avant d’enfiler le marcel en ouvrier. Les habits racontent une histoire sociale et rendent visible l’évolution de Thierry Voeltzel au cours des échanges. L’entretien prend la forme d’une dialectique et donne à voir un enrichissement mutuel. Ce double portrait, du philosophe, en creux, par ses questions et du jeune homme et de ses expérimentations permet de voir une conscience qui émerge. La politique partout, les questions sociales sont là à chaque instant et les thèmes de l’homosexualité, de la sexualité, de l’amour ou de la drogue sont les sujets d’une formation continue.

Le philosophe ne pose pas les questions directement, mais invite l’autre à parler. Cette maïeutique qui dépasse le cadre de l’entretien, Pierre Maillet la montre en recourant à l’autobiographie de Thierry Voeltzel. On peut y lire ce que les échanges produisent de réflexion et de changement : les coulisses et l’après. Le jeu sur les écarts de génération, entre Foucault et Voeltzel, entre le lecteur d’hier et le spectateur d’aujourd’hui est constant. Si certaines vues semblent datés, l’idée de s’intéresser à l’avenir d’un garçon de 20 ans pour comprendre l’époque est toujours d’actualité. Pour un jeune acteur comme Maurin Olles, c’est un beau défi de faire sentir ce présent et une question d’avenir.

Letzlove – Portrait(s) Foucault
à partir du livre de Thierry Voeltzel, Vingt ans et après, éditions Verticales
Mise en scène : Pierre Maillet
Avec : Maurin Olles & Pierre Maillet
Crédit photo : Tristan Jeanne Valès

Vu le 6 janvier au Montfort Théâtre

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest