Théâtrorama

Marlène D.

« Votre nom commence par une caresse et se finit par un coup de cravache », lui disait Cocteau…

Marlène Dietrich incarne depuis toujours le mythe de la femme fatale. Une déesse de la scène vaporeuse de sensualité. En coulisse, la star se fait diva et continue d’envoûter comme un rêve. Le rêve devient réalité le temps d’une représentation grâce à un homme qui se glisse dans la peau de la grande Lili Marlène. Une métamorphose troublante qui nous mène sur le chemin d’une légende encore vivante…

Elle s’avance comme si elle glissait sur l’air, revêtue d’une longue robe fourreau qui l’enserre pour mieux révéler ses formes exquises et d’un manteau de fourrure que seuls les stars peuvent se permettre. Un ange tout de blanc vêtu, habillé des lumières de la scène… Et puis sa voix monte lentement comme une vibration qui parle à l’âme. Une voix rocailleuse et métallique qui entame son parcours de chansons qui font écho aux films cultes. Et quand la musique s’arrête, le mythe continue. Marlène la capricieuse qui maltraite le personnel de l’hôtel de ses exigences de reine de Saba. Marlène la séductrice qui ressort la même chanson à ses amants sous le charme et qui s’amuse de ses tours de dévoreuse d’hommes. Marlène sans langue de bois qui casse son image de star pour nous faire pénétrer dans son intimité et laisser entrevoir toute la complexité du personnage qu’elle s’est construit au fil de sa vie publique…

marlene-

Ombre et lumières…
La curiosité de voir la grande Marlène D interprétée par un homme passe au bout de quelques secondes et nous enveloppe dans une confusion des genres que n’aurait pas reniée la star. Quince se glisse dans la peau de son idole pour nous en livrer toute sa quintessence. Quince devient Marlène. Il ne s’agit pas d’un travestissement mais d’une incarnation. Quince a inventé le genre de l’Actor Queen, un acteur qui interprète les reines sur scène. Le spectacle ne se limite pas à l’interprétation des chefs-d’œuvre de l’Ange bleu. Il nous livre la star sous toutes les facettes. Marlène D et ses contradictions, ses angoisses et ses saillies piquantes pour désarçonner son interlocuteur, ses tendresses de femmes et ses tortures d’amantes. Un mélange de charisme et de démesure qui fait de l’excès une règle pour cette grande dame qui a fini sa vie recluse à l’abri des regards dans son appartement parisien de la rue Montaigne. Les amateurs de Marlène Dietrich seront conquis d’avance, les autres découvriront un monstre sacré.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
Marlène D
De Riccardo Castagnari
Interprété par Quince
Adaptation française : Laurent Ban
Mise en scène : Riccardo Castagnari
Piano : Andrea Calvani
Costumes : Stefano Conciolini
Réalisation des robes : Sara Valenti
Réalisation des fourrures : Jole Borghetti
Dans le cadre du festival Les Musicals, Marlène D sera présenté jusqu’au 12 juillet
Du mercredi au samedi à 19h30, dimanche à 17h30

Vingtième Théâtre
7, rue des Plâtrières 75020 Paris
http://www.vingtiemetheatre.com
Réservations : 01 43 66 01 13
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !