Théâtrorama

Imaginez : un ami vous propose de l’accompagner à une « lecture d’instants choisis »… signés Proust. La proposition aurait tôt fait de vous donner le bourdon. Pire, de vous inquiéter : cet ami serait-il digne de l’affection que vous lui portez ? Proust, cette institution littéraire, ce monument fleuve et énigmatique tant redouté… A bien y songer, l’invitation amicale vire à l’offense : vous voudrait-on du mal ? Un conseil : ressaisissez-vous. Conservez cet ami et acceptez l’invitation !

Au fil de neufs extraits, le public est plongé dans la langue de Marcel, dans une eau bien moins trouble qu’elle n’y paraît. C’est avec délectation, quasi étonnement, qu’il suit sans difficultés (c’est dire !) les petites histoires bourgeoises de Françoise et tante Léonie, de Mme Verdurin, de Monsieur de Charlus, de Swan bien sûr… Il entre à pas de velours dans ce monde engoncé, dont Proust s’amuse à dépeindre les travers et petites vilenies. Et il s’y plaît et ne décroche pas à un seul instant. Il rit même et s’en étonne ! Les spectateurs deviennent les auditeurs privilégiés de cette narration à plusieurs voix et écoutent avec ravissement chaque récit qui prend des allures de confidence : la scène troublante du coucher, où l’enfant attend désespérément que maman vienne l’embrasser ; le souvenir touchant de la grand-mère, en passant par la fameuse madeleine ou les conversations persifleuses dans le salon de Madame Verdurin où l’on se gausse volontiers de l’amour, l’art, des fidèles convives…

PROUST

Petites confidences truculentes
Créée en février dernier à la Comédie des Champs Elysées autour de Bernadette Laffont, Xavier Gallais et Robin Renucci, la partition est aujourd’hui complétée par trois autres artistes remarquables. Chacun délivre une lecture toute personnelle mais toujours subtile, avec simplicité et nuances. Romane Bohringer est particulièrement piquante et pétillante tandis que Michael Londasle joue la carte de la sobriété qui lui sied à merveille. Quant à Nicolas Vaude, il ne peut s’empêcher –et c’est tant mieux- de laisser éclater par moments sa fougue. Au détour de cette lecture polyphonique réjouissante, on découvre avec bonheur que nul n’est besoin d’être agrégé de lettres pour pénétrer un univers romanesque ô combien vertigineux mais délicieux, qui apparaît d’un coup à notre portée. Incroyablement accessible.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Marcel Proust : A la recherche du temps perdu (site web)
Avec, en alternance : Bernadette Laffont, Xavier Gallais, Robin Renucci, Romane Bohringer, Nicolas Vaude et Michael Londasle
Jusqu’au 28 décembre
Les dimanches et lundis, à 20h30.

Théâtre La Bruyère
5, rue La Bruyère, Paris 9e
Réservations : 01 48 74 76 99.
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest