Théâtrorama

Les Malades mis en scène par Jules Audry

Les Malades mis en scène par Jules AudryLes Malades – Un bon dîner. Avec d’excellents amis qui vous veulent du bien. Dans la pièce Les Malades, donnée récemment à la Loge, les spectateurs sont conviés à passer une bonne soirée avec Joseph Staline et ses quatre ministres dans une ambiance détendue et bon enfant. Trahisons, coups tordus, climat de suspicion, double langage, paranoïa, les jeunes acteurs de la compagnie Future Noir explorent avec jubilation les circonvolutions mentales des membres du gouvernement. Mais si le dispositif permet une écoute et un jeu au plus près des émotions, en revanche l’ensemble ne parvient pas à atteindre une véritable profondeur.

La mise en scène de Jules Audry propose – en installant les spectateurs autour de la grande table du Conseil des Ministres – une expérience immersive à l’efficacité immédiate. Le dispositif a en effet deux vertus : la première est de nous installer au plus près des comédiens et de permettre à ceux-ci des modes de jeu plus proches d’eux, la seconde est de nous mettre en position de regarder une piste de cirque et donc d’accentuer la dimension spectaculaire de ce conseil des ministres très spécial. Nous sommes, nous spectateurs, dans la position d’entendre tout ce qui se dit dans l’intimité de cette salle, et les ministres ne peuvent échapper à nos regards. Il n’y a pas de coulisses, pas d’échappatoires, pas de possibilité de tourner le dos. La mise en abyme de la situation conjuguée à l’effet de réel est imparable. Dans ce dispositif, les comédiens peuvent se permettre d’alterner des discussions – dont le ton peut faire penser à la fausse réalité des émissions télé – avec des moments d’authentique bouffonnerie, et nous emporter dans leur danse.

L’histoire se met à table

Les Malades mis en scène par Jules AudryLa piste est chaude, les spectateurs sont à l’écoute : la vedette va pouvoir entrer en scène. Et lorsque Joseph Staline débarque, le véritable jeu est prêt à commencer : il y a un traître parmi nous. Quel candidat à la succession sera écarté ce soir ? Qui sera le maillon faible ? On en jubile et on en frissonne d’avance. Pourtant, malgré tous les efforts et le talent des comédiens, l’ensemble donne un sentiment de déjà-vu, et la résolution n’apporte pas de réelle surprise. Le texte est-il trop faible pour donner un véritable aperçu des subtilités des mentalités humaines à l’épreuve du pouvoir et de la dictature ? Ou est-ce l’adaptation du texte qui généralise le contexte et stéréotype les pensées ? Quoi qu’il en soit le jeu de masques manque de subtilité : derrière l’amitié affichée au dictateur se cache le désir de sa disparition violente. Certes. Mais n’y a-t-il pas autre chose ? On peut repenser aux foules qui sont venues se recueillir sur la dépouille de Joseph Staline. Etaient-elles mues uniquement par la peur de ce qui allait arriver ? Par la terreur que ce terrible dictateur inspirait, même mort ? Ou alors – et cela est beaucoup plus dérangeant – n’y avait-il pas une part de véritable ferveur ?

Lorsque dans Les Malades, Staline – par jeu – ordonne au traître de service d’écrire qu’il est une ordure, on ne peut pas douter que la victime proteste de toute son âme du sort qui lui est fait. Et c’est bien dommage, car le communisme en Union Soviétique avait ceci de particulier qu’il amenait certains opposants à se présenter publiquement comme des ordures en pensant sincèrement que leur sacrifice serait utile à la cause. Ils pouvaient être amenés à un véritable doute et à finalement donner raison à leur bourreau. Leur formation intellectuelle pouvait les amener à commettre ces déclarations qui peuvent aujourd’hui nous paraître incompréhensibles. Dommage que la pièce ne nous ait pas amenée à ces vertiges, car la corde était raide et le gouffre profond.

Pour aller plus loin sur les mentalités soviétiques et la terreur stalinienne, lire « le Zéro et l’Infini » d’Arthur Koestler et « La tête de Gogol » d’Anatoli Koroliov.

Les Malades
Texte Antonio Álamo
Traduction Cristina Vinuesa assistée de Salwa Al Maïman
Éditions Solitaires Intempestifs
Mise en scène Jules Audry
Avec Thibaut Fernandez, Victor Fradet, Frédéric Losseroy, Abdel-Rahym Madi et Ivan Nowatschok
Composition Olivier Maignan
Création lumière François Duguest
Production Cie Future Noir
Création La Loge 2015-2016

Vu à La Loge. Dates à venir

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest