Théâtrorama

Mme Raymonde revient ! Cette drôle de bonne femme qui n’a pas la langue dans sa poche ni le verbe fadasse nous fait son « pest of ». Attention les yeux, ça va dégommer sec. Drôlerie, poésie et émotion sont au rendez-vous qu’on aurait tort de laisser passer. Toujours accompagné de son acolyte le Zèbre, bien sûr. On ne change pas une équipe qui gagne…
Madame Raymonde a la verve vipérine des harengères des temps jadis. De ces cocottes qui ne font pas de chichi pour amuser leur public, leurs hommes ou le premier gadjo qui passe. Quitte à se faire « posséder par surprise » comme dans la chanson qui va durer dix bonnes minutes. Car la tchatche est aussi le lot de cette brave dame.
Depuis ses dernières aventures, rien n’a changé. Madame Raymonde, c’est comme un rendez-vous qu’on ne cesse d’honorer parce qu’on sait qu’on va passer un de ces moments où le talent n’est pas aux abonnés absents. On retrouve donc les lèvres rouge baiser, la coiffure impeccablement vissée sur le crâne, le collier de perles et la robe issue d’une improbable mode. Chic et choc.

Crédit photo Philippe Matsas

Arletty, comme de bien entendu…
Après une entrée en scène savamment orchestrée (simplicité, efficacité), le spectacle va pouvoir commencer. On retrouve avec joie cette faconde qui emprunte bien sûr beaucoup à Arletty mais aussi à toutes ces chanteuses du début du siècle dernier, Berthe Sylva, Frehel, Damia et les autres. Et comme de bien entendu, la cible favorite de cette brave dame va être la connerie humaine. Tout un programme !

Le spectacle surprendra et réjouira ceux qui ne le connaissent pas, s’il en reste encore. Pour les autres, il y aura ce plaisir d’un rendez-vous qu’on ne voudrait pas rater. Celui d’un immense professionnel qui rend hommage à cette chanson réaliste d’antan. Sa performance vocale n’en finit pas d’impressionner tout autant que sa présence sur scène. Sans oublier la complicité toujours délicieuse avec Sébastien Mesnil alias le Zèbre. Que du bonheur !

Madame Raymonde, mes plus grands succès
Avec Denis d’Arcangelo et Sébastien Mesnil à l’accordéon
Lumières : Célio Ménard
Du 9 février au 6 mars
Du mercredi au samedi à 19h30, le dimanche à 15 heures

Vingtième Théâtre
7 rue des Plâtrières, 75020 Paris
Réservations : 01 43 66 01 13 et points de vente habituels
Durée : environ 1h30
site web

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest