Théâtrorama

La compagnie dell’Improvviso travaille souvent sur le principe d’une représentation-création où le spectacle prétend se construire au fur et à mesure. Ici un mélange astucieux de théâtre contemporain relativement expérimental et de commedia. Une réflexion particulièrement amusante sur la place du théâtre aujourd’hui ainsi que celle du comédien.

Ce soir, nous allons assister à une expérience particulière puisque va se monter devant nous le tout premier spectacle d’une jeune intellectuelle. La représentation est donc une répétition avec public afin de connaître le ressenti des spectateurs. La pièce débute à peine lorsque tout à coup débarquent des personnages de commedia. L’auteur est bien ennuyée car elle ne les a pas conviés cependant, pas du genre à se laisser faire, les énergumènes sont bien décidés à monter sur scène pour participer au spectacle.

Un coup de jeune à la commedia
Lorsque l’on s’installe les deux comédiens sont en train de s’échauffer, le régisseur travaille aux finitions, l’auteur attend sagement qu’on lui annonce le début… Nous sommes immédiatement plongés dans un avant-représentation. L’ouvreur annonce que le spectacle va débuter et l’auteur nous explique la situation. Le ton très théâtral de celle-ci peut déranger car on sent immédiatement qu’il s’agit d’une comédienne jouant, dans un registre comique, le rôle d’une auteur et cela n’aide pas à rentrer dans l’histoire. Ceci étant, son interprétation est juste et l’on accepte de se prêter au jeu. Le personnage-auteur annonce donc le début du spectacle et les deux comédiens commencent à jouer une pièce expérimentale sur le petit tréteau placé au centre de la scène.

Ce double espace scénique est un code très pratique et amusant qui donne lieu à une performance intéressante dans le passage entre scène et faux-hors-scène. Les deux comédiens sont excellents et n’appuient pas sur le second degré, ils jouent avec talent et sincérité une pièce que l’on pourrait presque trouver intéressante malgré son ridicule certain. L’entrée fracassante des « personnages classiques » au milieu de cet espace contemporain chamboule tout. Ils sont surexcités et il est à regretter que tout cela ne soit pas plus canalisé. Jusqu’au moment de l’acceptation par l’auteur d’intégrer les personnages à sa pièce, l’espace scénique devient un joyeux bazar et le spectateur est agressé par un bouffon surexcité, un Elfe sautillant, une clown hyperactive et un Pantalon qui souhaite à la fois protéger son petit monde et se mettre en avant. Ce brouhaha est nécessaire pour la suite mais au lieu de mettre le spectateur en connivence avec les personnages, il l’effraie. Fort heureusement la suite est magnifiquement orchestrée, l’intégration des personnages de commedia dans cette pièce typiquement actuelle est une réussite et c’est un beau message sur la nécessité de rendre le théâtre vivant et le comédien plus libre dans sa création. Les interprètes sont tous excellents et ont un sens de l’aparté et de la rythmique impeccable. Un spectacle intelligent et divertissant qui plaira également aux plus jeunes.

L’illusion exquise
Écrit et mis en scène par Luca Franceschi
Avec Serge Ayala, Angelo Crotti, Fabio Ezechiele Sforzini, Luca Franceschi, May Laporte, Nathalie Robert, Laurence Vigné
Chorégraphies: Françoise Campagne
Masques et décors: Stefano Perocco di Meduna
Costumes: Sûan Czepczynski et Rosalba Magini
Chansons originales Bernard Ariu
Création lumières: Antoine Fouqueau
Du 2 novembre au 12 décembre 2010
les mardis, mercredis, vendredis à  20h30, les jeudis et samedis à  19h30, les dimanches à  15h30
Théâtre 13
103 A Boulevard Auguste Blanqui, 75013 Paris
site web
Réservations: 01 45 88 62 22

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest