Théâtrorama

L’Iliade

L’Iliade

Il y a d’un côté les Grecs avec le grand Agamemnon, Achille le colérique et le rusé Ulysse ; de l’autre, se dressent les Troyens enfermés dans les murailles de leur ville assiégée avec Hector le valeureux et Priam, le vieux roi déchu.

Et puis il y a le lent déroulement de L’Iliade, le poème d’Homère avec ses vingt-quatre chants et ses 15337 vers pour raconter les dix jours qui auraient pu changer la face d’une guerre qui dure déjà depuis neuf ans. C’est ce passage qui débute avec la colère d’Achille qui se retire du combat et y revient après la mort de son ami Patrocle qu’a choisi d’adapter et de mettre en scène Pauline Bayle. Projet ambitieux s’il en est et pari réussi.

De façon joyeuse, irrévérencieuse et pleine d’humour, cinq comédiens prennent à bras le corps ce texte difficile avec une fougue et une énergie qui ne faiblit pas. La pièce débute dans le foyer du théâtre, par la dispute qui oppose Agamemnon et Achille, au milieu des spectateurs qui attendent d’entrer dans la salle. Pris à témoin, considéré comme appartenant à l’armée des Grecs, le public devient partie prenante du spectacle, engagé aux côtés des Grecs contre les Troyens.

Au-dessus des humains, vivent les dieux de l’Olympe qui soutiennent un camp ou un autre en fonction de leur humeur et de leurs intérêts. Les voilà ici transformés en marionnettes indécises et capricieuses aux prises avec la jalousie et les désordres amoureux. Les interventions divines sont présentées sous forme d’improvisations qui tirent vers le burlesque et donnent des respirations pleines d’humour pour casser le rythme insoutenable des combats sur la terre. Les vers lyriques du long poème d’Homère scandés par un chœur indifférencié de comédiens disent la guerre des hommes et les exploits des héros. Homme ou femme, chaque comédien prend en charge à tour de rôle le récit pour dire la colère d’Achille, les combats titanesques et la mort d’Hector traîné derrière le char d’Achille sous les remparts de Troie.

Un poème de chair et de sang

S’appuyant sur le rythme lancinant du texte, Pauline Bayle fait surgir de sa mise en scène épurée et précise de bien belles images, avec un minimum d’accessoires, où le rouge du sang se mêle à la brillance des armures. Loin des métaphores théâtrales qui donnent une approche distanciée et intellectuelle du combat, ici le  » lyrisme organique  » donne à voir le sang, l’existence menacée des héros confrontés à leur condition de mortels. Repoussant les limites du corps, tout comme les héros qu’ils incarnent le font dans le combat, les acteurs font preuve d’un engagement physique total et sans réserves. Leur élan collectif, le déroulement de ce poème de chair et de sang se fait dans un rapport direct et frontal avec le public. L’oralité et la vie du chant d’Homère fait pour être écouté, résonnent comme un écho ancestral aux conventions théâtrales de notre temps.

 » Se plonger dans L’Iliade, c’est s’immerger dans l’essence même de la culture guerrière », précise Pauline Bayle, c’est aussi examiner les raisons qui poussent un simple mortel à repousser ses limites pour devenir un héros. Dans le contexte de nos époques marquées par une culture du pacifisme assez récente et qui tentent de trouver des alternatives à la guerre pour protéger les peuples, porter sur le plateau ce texte nous plonge au cœur même de la guerre. C’est non seulement s’interroger sur la condition du héros et sur sa quête de l’illimité, mais c’est aussi revenir à la réalité par l’expérience de sa propre finitude.

L’Iliade
D’après Homère
Adaptation et Mise en scène : Pauline Bayle
Avec Florent Dorin, Alex Fondja, Jade Harbulot, Yan Tassin et Charlotte Van Bervesselès
Scénographie : Camille Duchemin
Création lumière : Pascal Noël
Durée : 1 h 30
Mardi à 21 h 15 – Du mercredi au samedi à 19 h – Dimanche à 17h
Crédit photo : Pauline Le Goff

Jusqu’au 7 Février 2016 au Théâtre de Belleville

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !