Théâtrorama

L’homme hors de lui – Valère Novarina

L'homme hors de lui de Valère Novarina  à la CollineL’homme hors de lui – Rendre compte d’un texte ou d’une mise en scène de Valère Novarina est toujours une entreprise hasardeuse qui ressemblerait à la vaine tentative de faire entrer le monde dans une bouteille ou de vider l’océan avec une cuillère. Désosser le sens des mots revient à les transformer en courants d’air.

L’homme hors de lui , sa dernière création au Théâtre de la Colline à Paris, « réveille les monstres endormis et propose de s’engager dans « des zones du langage inexplorées des jours d’avant notre naissance ». Valère Novarina y retrouve Dominique Pinon qui joua en 2000 « L’Origine rouge », en 2003 « La Scène », et en 2007 « L’Acte inconnu ».

Dès son apparition sur la scène, la rencontre entre l’acteur et les mots de Novarina est d’une évidence totale. Avec son regard d’enfant étonné, il nous précipite dans la chair des mots et nous conduit dans les échancrures du temps. « Hors de lui », il tutoie Dieu et les anges, nomme chaque chose, « sort de son cadavre » pour nous dire la chanson des pierres. Le geste est généreux, l’adresse au public crée un mouvement de va et vient qui utilise les mots comme des projectiles pour « abattre les idoles » et créer des paroles qui renversent les mots.

Réveiller les monstres endormis

Le monde de Novarina se crée par la respiration et le rythme. Il se situe à la jonction de la vie et de la mort, de l’homme et de la nature. Il dit le désert de l’âme et le nécessaire sacrifice de chaque chose, de cette vie même à immoler pour parvenir « à la mort de la mort ». Cela passe par la densification du langage, la distorsion du sens, par des mots entrechoqués pour parvenir enfin à ce « voyage du langage hors d’homme ». Il trace une ligne invisible entre « naître et n’être pas » pour rejoindre « la musique des choses sans pourquoi ». Les grands panneaux peints qui constituent le seul décor racontent en contrepoint avec la musique une autre histoire.

Se souvenir de toutes les langues

L'homme hors de lui de Valère Novarina  à la CollineDans cette entreprise de dislocation qui oppose la langue morte des mots écrits à la vie qui surgit d’une oralité qui nomme les choses, Dominique Pinon joue sur les souffles, les séquences, l’énergie de l’instant. Prêt à s’envoler à tout instant, il semble retenu par les pieds par deux complices qui le suivent comme son ombre : Richard Pierre « le concret » réajuste les toiles peintes, modifie le paysage et lui donne une cohérence passagère et Christian Paccoud, accordéon en bandoulière, glisse sur la scène, avec un sens exact du rythme, des routes à créer pour déplacer l’imaginaire du spectateur.

Le texte s’imbrique comme une mosaïque, jouant sur les contraires, les juxtapositions d’images infléchies par le souffle et les sonorités, le jeu généreux des acteurs prolongeant comme une offrande au public les mots de l’auteur. Etre hors de soi c’est quitter la sécurité des mots bien dits, des mots bien faits pour plonger dans l’infini. C’est lutter contre la mort à mains nues, les jetant à pleines poignées en espérant qu’ils tombent là où ils peuvent.

Il s’agit ici de démonter l’homme en démontant le langage, à aérer chaque idée, chaque parole en y incluant « des morceaux d’air » pour construire, dit Novarina « une architecture fugace qui naît en se défaisant ». « Seigneur public, prends pitié de Pinocchio » sont les dernières paroles du spectacle. Pied de nez littéral à toute cette entreprise qui n’est peut être après tout qu’un mensonge ou bien un rêve puisque personne ne se remet de la chute de naître, ni de l’étonnement du langage qui nomme le monde.

 

L’homme hors de lui
Texte, mise en scène et peintures : Valère Novarina
Avec Dominique Pinon
Musique : Christian Paccoud
Collaboration artistique Céline Schaeffer
Lumières : Joël Hourbeigt
Scénographie : Jean-Baptiste Née
Dramaturgie : Roséliane Goldstein
Durée : 1h environ
Crédit photos : Simon Gosselin

Jusqu’au 15 octobre au Théâtre de la Colline
Du mardi au samedi à 19h30, le dimanche à 15h

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest