Théâtrorama

Certes, toute adaptation comporte ses limites et celle-ci n’y échappe pas.  » Adapter « Les mystères de Paris », ressemble à une excursion dans le sale, le sombre et le sang, le tout mêlé d’une envie de justice (…), c’est faire entendre la rue et les rumeurs, les voix du désarroi, les gémissements qui s’échappent de l’hospice, les cris qui retentissent à l’asile ». De juin 1842 à octobre 1843, « Les mystères de Paris », parus sous la forme d’un feuilleton, ont tenu en haleine les milliers de lecteurs qui faisaient la queue devant le Journal des Débats pour connaître la suite des aventures.

Il a fallu sans doute une bonne dose de folie à Charlotte Escamez et à William Mesguich pour respectivement adapter puis mettre en scène ce roman fleuve de 1300 pages. Déambulant dans le récit, privilégiant certains épisodes de la fable, recentrée autour des personnages principaux et archétypiques, la mise en scène restitue la forme feuilletonesque du roman d’origine. À la façon des conteurs, chaque comédien prend en charge le corps du récit. Vêtu de la même cape et du même chapeau noirs, un monsieur ou madame Loyal nous guide dans les dédales des bas-fonds parisiens, assurant ainsi le passage d’une séquence à l’autre sous une forme chorale.
Toute l’action se concentre autour du cabaret  » Le Lapin Blanc ». Dans cet univers de moiteur, des personnages au faciès étrange et inquiétant surgissent comme des rêves d’ivrognes, des déesses perdues, au regard lumineux, côtoient des ouvriers et des femmes au grand cœur et à la langue bien pendue. Dans ce monde étrange où les formes se confondent, Rodolphe, grand duc allemand déguisé en ouvrier, vient se perdre pour aider les miséreux.

Il devient ainsi le protecteur de Fleur de Marie, jeune orpheline que la misère a conduite à la prostitution. Juge et justicier, Rodolphe invente ses propres règles et n’hésite pas à appliquer ses propres lois. Bienfaiteur et réformateur hors-la-loi, c’est un héros romantique et un des premiers surhommes dans l’histoire du roman-feuilleton. Jouant sur la transformation des visages et le travestissement, les acteurs nous emportent dans le Paris du XIX° siècle, sur les pas de Rodolphe, Fleur de Marie, La Chouette et les autres…

Un monde fantasmé…
Le vrai défi de cette mise en scène est de nous ramener vers un Paris fantasmé, un Paris de la nuit qui intrigue et fait peur tout en attirant, toujours d’actualité dans l’imaginaire d’aujourd’hui.  » Les mystères de Paris » racontent un monde violent, marginal et régi par ses propres règles. Dans ces bas-fonds, grouille tout un petit peuple de pauvres dominés par ses brigands, par ses prostituées qui  » vendent leur corps et leur âme, qui ont faim et se font détrousser, encore et toujours… ».

La rigueur de la direction d’acteurs de William Mesguich clarifient cette fresque monumentale, transposée en deux heures de spectacle qui, de rebondissements en trahisons, de la tendresse à la haine, représente une gageure vertigineuse. Anne Lezervant, la scénographe et Mathieu Courtaillier, créateur des lumières du spectacle, recréent un Paris crépusculaire qui semble ne s’animer qu’à la nuit tombée. L’enthousiasme et l’esprit de troupe règnent dans ce groupe de sept comédiens qui se partagent les vingt-cinq personnages du spectacle- chacun joue trois à quatre rôles, Romain Francisco en joue sept.

Un Paris éternel de contrastes, un champ sonore qui nous redonne accès à une langue orale et aux voix de communautés qui, faute d’accès à l’écrit, auraient pu se taire à jamais. Hier nous parle d’aujourd’hui. Dans l’ombre, la Chouette veille encore au grain au bras du Maître d’école …Le Chourineur n’est pas loin…

[note_box]Les mystères de Paris
D’Eugène Sue
Adaptation Charlotte ESCAMEZ
Mise en scène : William MESGUICH
Scénographie et accessoires : Anne Lezervant
Lumières : Mathieu Courtaillier
Avec Jacques Courtès, Zazie Delem, Romain Francisco, Marie Frémont, Sterenn Guiriec, Julie Laufenbuchler, William Mesguich
Durée du spectacle : 2 h[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest