Théâtrorama

Éructés, murmurés ou slamés, les mots s’entrechoquent, caressent ou claquent comme des gifles. Les cauchemars du gecko de Jean-Luc Raharimanana dénoncent la misère et les génocides d’un continent africain menotté par la mondialisation et le cynisme des pays occidentaux. L’auteur malgache, issu d’un des pays les plus pauvres de la terre essaie de redonner la parole à ces bouches silencieuses.

Le gecko est une sorte de gros lézard des pays tropicaux. Sa particularité est de ne pas avoir de paupières et donc de ne jamais fermer l’œil. Et l’on dit qu’en regardant dans l’œil étrange de l’œil du gecko, on voit toute la violence du monde. Quels sont les cauchemars de cet animal à l’œil toujours ouvert ? s’est interrogé Thierry Bédard.

Cette idée naît en 2007 lors d’un séjour à Madagascar. Confronté à la violence sociale intense qui règne à Tananarive, il a l’idée de commander à Raharimanana, auteur malgache vivant en France, une pièce qui raconterait « l’état du monde » vu du « Sud » . « C’est l’œuvre de Raharimanana qui a imposé la forme du cauchemar, nous dit Thierry Bédard, Il m’adressait régulièrement des fragments (plus de 60 plus ou moins longs), ces fragments étaient très vifs, très incisifs, ça avait un côté flash. Il y avait aussi des rêves, quelques endroits assez tendres, quelques fragments qui sont de l’ordre de l’abandon à l’autre, à l’espoir, mais la majeure partie est constituée de francs cauchemars ». Chaque cauchemar se clôt par un retournement : une prise ou un abandon de la parole, un silence ou un éclat de rire.

Un gecko on the rock

©ThierryBurlot
Sur la scène, l’œuvre se traduit par des textes travaillés, d’un point de vue théâtral, comme un concert de rock. Le texte est traversé par les rythmes malagasy tant dans la musique que dans l’inventivité de la langue elle-même. Les mots se mêlent à la musique jouée en live par Rija Randrianivosoa, un musicien qui sait ramener dans ses créations et son interprétation la folie de la musique malgache.

Le fond de la scène représente un mur de sacs en plastique multicolores – symboles de la société de consommation – qui recouvrent une immense mappemonde taillée dans le grillage.
Des comédiens – chanteurs défilent ensemble, par deux ou seuls. Ils portent ces cauchemars dans une relation frontale, assumée les yeux dans les yeux avec le public. Leur but est de déstabiliser, de forcer à entendre. Ils sont émouvants, convaincants, cependant on peut regretter que la mise en scène trop manichéenne arrive parfois à les rendre contre – productifs, à rompre le partage et à les isoler dans leur émotion.

Prenant appui sur l’actualité, Raharimanana pose ses pas dans ceux d’auteurs du monde africain comme Wolé Soyincka ou Sony Labou Tansi et continue de poser l’éternelle question du rapport entre le dominant et le dominé. Qui suis-je lorsque le regard d’un autre –blanc ou noir – m’impose mon identité quitte à m’anéantir ou au mieux à me nullifier ?
Aujourd’hui « le grand cri de l’homme nègre » comme disait Césaire, est devenu hurlement mais qui l’entend vraiment alors que « la mondialisation a chassé l’indépendance qui a elle-même remplacé la colonisation qui avait balayé l’esclavage », qu’une « logique » unilatérale a tout recouvert et que « le reste se dilue dans la douleur des vivants » ? se demande Raharimanana.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Les cauchemars du gecko (site web)
De RAHARIMANANA
Mise en scène : Thierry BÉDARD
Création musicale : Rija RANDRIANIVOSOA
Création sonore : Jean Pascal LAMAND d’après de reportages effectués à Tananarive/ Madagascar
Avec Rodolphe BLANCHET, Mame Fama LY, Mélanie MENU, Moustapha Mohamed MOUCTARI, Phil Darwin NIANGA, Rija RANDRIANIVOSOA, Véronique SACRI
Du 9 au 19 Février 2010
Studio Casanova
69 Avenue Danielle Casanova
94 200 Ivry sur Seine
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest