Théâtrorama

Sur l’autoroute on roule vite. Rien à voir, rien à retenir. Circulez. Bande d’asphalte que l’on se contente de traverser pour se rendre d’un point à un autre, faite pour la vitesse et ponctuée de haltes utilitaires et hygiéniques. Que se passe-t-il si deux voyageurs décident d’en faire la destination du voyage ?

C’est le projet que font en 1982, l’écrivain Julio Cortazar dit Le Loup et son épouse Carol Dunlop surnommée l’Oursine. L’un est écrivain, poète, argentin d’origine et considéré comme un franc-tireur de la littérature sud américaine, l’autre est écrivain, photographe, traductrice et connue pour son activisme politique en faveur du Nicaragua et du Chili.

Se sachant atteints d’une maladie incurable, ils décident de faire leur dernier voyage ensemble et de sillonner pendant un mois et sans jamais le quitter, l’autoroute qui relie Paris à Marseille. À bord d’un combi Wolkswagen, ils investissent à raison de deux haltes par jour les soixante-cinq aires de parking et écrivent à quatre mains le récit de l’aventure.

Curieux résultat entre poésie et autobiographie, reportage au jour le jour et autofiction et qu’ils intitulent « Les autonautes de la cosmonaute ». Trente ans après, le collectif des compagnies Jakart et Mugiscué décide de reprendre le flambeau de cette aventure et de refaire le même voyage sur l’autoroute du soleil avec, en guise de viatique, le livre de Cortazar. Le voyage devient pour les comédiens, le metteur en scène, le scénographe et le musicien un espace de répétitions « hors les murs » où le texte se crée en écho à celui de leurs prédécesseurs, où la réalité contemporaine se transforme en une nouvelle fiction.

Microfictions autoroutières
À la façon des explorateurs scientifiques, tout est noté : la température extérieure, la latitude et la description de ces étranges contrées que sont les aires de stationnement ou de ces édicules, plus prosaïquement nommés toilettes. Les textes de Cortazar et de Carol Dunlop s’entremêlent aux textes d’aujourd’hui. Les « instants braconnés », les « éclats d’enfance » ou les séquences chantées deviennent une matière dont Thomas Quillardet s’empare pour en faire une mise en scène pleine d’humour qui transforme la scène en cours de récréation. À la façon des enfants, les jeunes comédiens créent des rituels du voyage. Sur les pas de Cortazar, ils traversent la monotonie de l’autoroute et nous obligent à décaler notre regard et à constater que « l’autoroute n’est pas une ligne droite mais une spirale » où les vies finissent par se croiser, où chaque soir naissent des villes éphémères qui disparaissent au petit matin et où le voyage conduit vers l’onirique et le fantastique.
L’autoroute devient un cosmos à explorer, une cosmoroute parallèle de la réalité.

Autonautes de cette cosmoroute, Julio Cortazar et Carol Dunlop avaient tenté l’aventure pour essayer d’arrêter le temps, dernière tentative poétique pour échapper à la vieillesse, à la maladie et à la mort. En reprenant le flambeau de L’Oursine et du Loup, nous faisant beaucoup rire, Thomas Quillardet et sa bande de joyeux lurons nous prennent par la main et à rebours du temps, nous ramènent au pays de l’enfance. Dernière image de la pièce : le combi miniature arrive à Marseille. Une comédienne le guide et remonte une file de voitures, miniatures elles aussi, posées sur le fil blanc d’une autoroute dessinée sur le sol. Univers minimaliste, comme un dernier clin d’œil à l’enfance et à la poésie d’un projet « au carrefour de la trivialité du monde et de l’illusion théâtrale ».

[note_box]Les autonautes de la cosmoroute
Création collective d’après l’œuvre de Julio CORTAZAR et Carol DUNLOP
Traduction de l’espagnol : Laure Guille – Bataillon
Mise en scène : Thomas GUILLARDET
Scénographie : Kim Lan Nguyen Thi
Avec Olivier Achard, Aurélien Chaussade, Maloue Fourdrinier, Christophe Garcia, Claire Lapeyre Mazerat, David Lejard-Ruffet, Aliénor Marcadé-Séchan, Marion Verstraeten[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest