Théâtrorama

 L’École des femmes au théâtre de la Tempête

L'École des femmes mis en scène par Philippe Adrien« Le petit chat est mort… » C’est dit et montré dès le début de la pièce. Philippe Adrien fait de la mort du petit chat -une des rares répliques de L’École des femmes dont on se souvient, même sans connaître la pièce – un acte réel : en contre-jour, les domestiques brandissent le corps du chat et l’enterrent. Ce trait d’humour du metteur en scène peut se voir aussi comme une métaphore à sa vision de la pièce. Que met-on en terre avec le petit chat ? Les illusions ? Le temps qui passe? Les amours déçues ? La perte de l’innocence ?

L’École des femmes paraît en 1662, l’année même où Molière épouse Armande Béjart de vingt ans sa cadette. Molière ne se mettait pas en scène, mais on a tout lieu de penser qu’en écrivant le personnage d’Arnolphe, il savait de quoi il parlait.

« Se garantir des surprises » , tel est le dessein d’Arnolphe en élevant sa pupille Agnès dans l’isolement le plus total afin, dit-il aussi, de l’éloigner des turpitudes du monde et préserver son innocence. La langue naturelle d’Arnolphe c’est la domination. Il est prêt à tout pour posséder, façonner Agnès selon sa vision afin de « tourner son âme », comme un potier et en faire la femme dont il rêve : soumise, innocente et toute à sa dévotion. Pygmalion au petit pied, il entre en fureur lorsqu’il s’aperçoit qu’innocence ne rime pas avec ignorance et que la belle est éprise d’un autre…du même âge qu’elle. La passion d’Arnolphe le met au désespoir, mais les cocus tragiques n’existent pas au théâtre.

L’École des femmes  – Un personnage « luxurieux »

L'École des femmes  mis en scène par Philippe AdrienLoin de la vision étriquée du vieux barbon souvent associée au personnage d’Arnolphe, Philippe Adrien choisit de s’attacher à la trajectoire des personnages et à une théâtralité qui mêle les époques et les genres théâtraux, ce qui donne parfois -et on peut le regretter- une froideur désincarnée aux acteurs qui semblent prisonniers de ces codes.

Les costumes nous parlent de cette fin du XIX° siècle qui fut une époque charnière dans l’évolution et la place sociale des femmes, évoquant aussi l’atmosphère de certains vaudevilles. Le jeu des domestiques et de certains personnages secondaires ramène le burlesque, le mécanique du comique de Molière. Le jeu différent attaché aux personnages principaux ou secondaires dessine aussi le clivage social de la pièce.

La mise en scène d’Adrien renforce les enjeux en jouant sur un espace scénographique astucieux qui unit le dedans et le dehors, l’intimité et la sphère publique en une frontière très mince et poreuse. La volonté tyrannique d’Arnolphe exige des murs autour d’Agnès, mais ils s’effondrent, minés par la jeunesse et la candeur, car les rires et l’insouciance des jeunes gens viendront toujours à bout des vieillards acariâtres.

Les outrances d’Arnolphe (Patrick Paroux) finissent par nous toucher, même si on se moque de sa suffisance et de sa crédulité. Face à lui, l’innocence béate d’Agnès (Valentine Galey) et la naïveté sautillante d’Horace, son amoureux (Pierre Lefebvre) renforcent les oppositions.

Pour son « École des femmes » , Philippe Adrien fait de vrais choix de mise en scène sans se laisser piéger par les facilités de sens vers lesquelles on pourrait orienter la pièce. « Pour tout homme de théâtre, nous dit-il, Molière est une histoire singulière », depuis plus de trois siècles, on a tout lieu de penser que pour chaque spectateur aussi, il reste une rencontre toujours singulière.

L’École des femmes
De Molière
Mise en scène : Philippe Adrien
Avec Patrick Paroux, Valentine Galey, Pierre Lefebvre, Joanna Jianoux, Gilles Comode, Pierre Diot, Raphaël Almosni, Vladimir Ant
Décor : Jean Haas
Lumières : Pascal Sautelet assistée de Maëlle Payonne
Nominations au Molière 2014 de la mise en scène du théâtre public et au Molière 2015 de la révélation féminine (pour le rôle d’Agnès).

Durée : 2 h
Jusqu’au 2 Octobre au Théâtre de la Tempête

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest