Théâtrorama

Le Jardin d’Alphonse au théâtre Michel

Le Jardin d’Alphonse au théâtre MichelAvec la truculence du verbe qu’on lui connaît, Didier Caron nous livre son tout nouvel opus où, comme toujours, l’art de la formule conjugué à un maelstrom de situations cocasses et de personnages un peu barrés, déclenche des salves de rires, sans nous éloigner pour autant d’une réalité bien palpable.

Le théâtre de Didier Caron est fait de ces petites failles, de ces drôles de manies qui nous habitent tous, observées au microscope pour mieux les faire rejaillir avec la démesure qu’impose la dramaturgie. Friand des lieux de rencontres où vont s’exacerber les passions et se délier les langues (souvenons-nous de son formidable « Pavé dans la cour »), l’auteur et metteur en scène nous plante cette fois un décor bucolique, propice à apaiser les âmes. Il va surtout planter quelques piques en plein cœur de ses personnages…

Alphonse vient de décéder. Toute la famille Lemarchand se retrouve dans le jardin du défunt. Dès qu’est annoncée par Jean-Claude son souhait de léguer la maison à ses trois enfants, ce que refuse sa fille, les retrouvailles virent très vite au pugilat et au règlement de comptes…

« La Vérité, l’âpre vérité » (Danton)

La dire ou la taire ? C’est autour de cette question ô combien existentielle que s’articule ce réjouissant moment de théâtre. Didier Caron va en effet saisir dans chacun des neuf personnages de cette vaste foire aux vanités un point névralgique autour duquel se pose ce dilemme. Et partant de là, tisser un maelstrom de situations désopilantes et diablement drôles. Le dialogue est comme toujours percutant, jouant sur les mots ou dansant un ballet finement orchestré par Caron himself qui assure une mise en scène bourrée d’énergie.

Mais ce qui pourrait n’être qu’une charge misanthropique de plus sur fond d’humour vachard se révèle tout au contraire le travail d’un homme profondément généreux. Sans jugement et surtout avec une réelle empathie, l’auteur ose créer des situations débordant largement le cadre de la bien-pensance, persillant ainsi son propos d’un constat sociétal d’une grande cohérence dans ce qu’on pourrait qualifier d’hymne à la tolérance. Un spectacle porté par des comédiens qui de toute évidence s’amusent énormément et qui fait un bien fou, dont on sort heureux, tout simplement.

 

Le Jardin d’Alphonse
Ecrit et mise en scène par Didier Caron
Avec Julia Dorval, Sandrine Le Berre, Gaëlle Lebert, Michel Feder, Jérémy Malaveau, Didier Caron, Karina Marimon, Christiane Ludot, Romain Fleury
Durée : 1h30
Crédit photo : Franck Harscouet

Au Théâtre Michel

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest