Théâtrorama

Dans cette mise en scène inspirée, Philippe Adrien nous transporte dans un univers ambivalent, teinté de scènes hilarantes et angoissantes.

Lucienne Vatelin (Alix Poisson), bourgeoise irréprochable, résiste aux assauts d’un coureur de jupons incorrigible Pontagnac, qui n’est autre qu’un ami de son mari. Elle repousse aussi les avances d’un jeune héritier dandy, Rédillon (Guillaume Marquet). Seule l’infidélité de son mari pourrait l’inciter à succomber à l’adultère, sans aucun état d’âme. Œil pour œil…Et voilà que Vatelin (Eddie Chignara) confie à Pontagnac ses incartades : il doit recevoir la visite impromptue d’une Anglaise allumée, qui menace de se suicider. Le séducteur, peu scrupuleux, s’empresse de confier le poteau rose à l’épouse bafouée, qui prépare aussitôt sa riposte. Mais l’intrigue ne s’arrête pas là : le mari de l’Anglaise, un Londonien de Marseille, se pointe, tout comme la femme exubérante de Pontagnac, soi-disant meurtrie par les rhumatismes. Comment finira ce combat de basse-cour ? Lequel de ces coqs finira Dindon de la farce ?

@ Antonia Bozzi

Ce vaudeville tourne au cauchemar
Décor noir, scène pivotante, course-poursuite infernale entre Pontagnac et Lucienne Vatelin sur un plateau à peine éclairé, portes qui claquent… Dès la première scène, Philippe Adrien fait mouche et impose une version teintée de noirceur. La scène tourne en rond (et au cauchemar) tandis que l’intrigue s’emmêle. C’est efficace, inattendu, mais drôle aussi. Dès lors, la mise en scène échevelée, renforcée par un décor mobile, n’a de cesse d’osciller entre rire franc et univers sombre, facéties et épisodes oppressants. La scène du cauchemar illustrant la rencontre entre Vatelin désemparé et le mari de l’Anglaise, irrésistible en lapinou, est à mourir de rire. Notons aussi la fin royale qui couronne la vengeance d’une épouse blessée et manipulatrice, prête à tout pour désarçonner son mari.

Face au moult rebondissements, reconnaissons tout de même que le jeu s’essouffle par moments, notamment dans le 2e acte lorsque Vatelin tente de repousser les avances de la cruche anglaise. Mais dans l’ensemble, on rit beaucoup, grâce à la prestation enjouée des comédiens dont la générosité permet d’effacer quelques longueurs.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Le Dindon (site web)
De Feydeau
Mise en scène : Philippe Adrien
Avec Vladimir Ant, Caroline Arrouas, Pierre-Alain Chapuis, Eddie Chignara, Bernadette Le Saché, Pierre Lefebvre, Guillaume Marquet, Luce Mouchel, Patrick Paroux, Alix Poisson, Juliette Poissonnier, Joe Sheridan
Jusqu’au 24 octobre
mardi-samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, dimanche à 16 heures

Théâtre de la Tempête, à la Cartoucherie
Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris
Réservations. : 01 43 28 36 36. [/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest