Théâtrorama

Quelle mouche a piqué l’ancienne sociétaire de la maison de Molière ? Catherine Hiegel nous propose une version complètement frappée des aventures de Monsieur Jourdain. Débordant dans tous les sens, le texte en perd sa puissance tragique pour se concentrer sur l’unique aspect ridicule du personnage. Heureusement François Morel excelle dans un rôle fait pour lui, mais ne prive le spectateur ni de la frustration et encore moins de l’ennui.

Monsieur Jourdain et ses velléités de s’élever par le savoir et qui finit par s’aplatir dans la boue de la servilité. On connait tous le texte de Molière, l’un des plus joués du répertoire. Un modèle de la comédie ballet. Sous le vernis de la farce, un personnage profondément tragique à force d’être pitoyable et ridicule. Une dualité qu’il est bon de ne pas perdre complètement de vue. Un peu comme dans l’Harpagon de « L’Avare ». Gommer cette complexité, c’est courir le risque de trahir l’auteur.

On est d’autant plus étonné que la mise en scène de ce spectacle globalement raté est signé Catherine Hiegel, immense comédienne qui vient de réussir une brillante reconversion dans le théâtre privé après sa sulfureuse éviction de la Comédie Française, la maison de Molière pour les intimes… Une comédienne géniale récompensée d’un Molière (décidément !) pour son interprétation magistrale dans « La Mère » de Zeller il y a deux ans.

Un peu de modestie, que diable !
La scène est immense. Force est de reconnaître que tout concourt à l’occuper jusque dans ses moindres recoins. Le texte va bien sûr être respecté scrupuleusement, les ballets aussi. Les costumes ne vont pas manquer de flatter les regards. Tout y reluit, rutile. Tout y sent les gros, les très gros moyens. Et pourtant, il manque quelque chose.

Un peu de modestie, peut-être. Vouloir faire grand, toujours plus somptueux va s’avérer ici fortement préjudiciable à l’ensemble d’un spectacle qui pourtant n’est pas dénué de qualités. A commencer par l’interprétation, le choix de François Morel pour incarner Monsieur Jourdain constituant de très loin la meilleure idée. Ce comédien émérite se fond dans son personnage, faisant oublier son passé télévisuel (« Les Deschiens ») et cinématographique. Son phrasé de dilettante, son regard un brin ahuri, sa bonhomie naturelle ont tout pour faire de lui le parfait Jourdain.

Mais seul, Morel ne peut pas non plus tout assumer. Le manque de tenue général, les temps morts, certains comédiens dans un surjeu juste agaçant, les chorégraphies totalement anachroniques pour faire « show » à tout prix (et le prix n’est pas donné pour celui qui paye sa place) finissent par lasser profondément et, paradoxalement, alourdir l’ensemble. Et le coup de massue final est asséné par une grandiloquence qui frise la plus grotesque mégalomanies lorsque ce pauvre Morel aux trois quarts à poil finit dans les airs suspendu à des ficelles qui, à l’image les procédés utilisés, sont grosses comme des cordes à nœuds. Ce n’est rien de dire que cette élévation ne parvient pas à hisser bien haut cette laborieuse adaptation.

[note_box]Le Bourgeois Gentilhomme
Comédie-ballet de Molière et Jean-Baptiste Lully
Mise en scène : Catherine Hiegel
Avec : François Morel, Alain Pralon (Sociétaire honoraire de la Comédie-Française), Marie-Armelle Deguy, Olivier Bioret, Anicet Castel, Stephen Collardelle, Joss Costalat, Eugénie Lefebvre, David Migeot, Emmanuel Noblet, Romain Panassie, Camille Pelicier, Gilian Petrovski, Géraldine Roguez, Frédéric Verschoore, Héloïse Wagner et cinq musiciens
Décors : Goury
Lumières : Dominique Borrini
Costumes : Patrice Cauchetier
Chorégraphie : Cécile Bon
Direction musicale : Benjamin Perrot
Coiffures et maquillages : Véronique Soulier-Nguyen
Assistante à la mise en scène : Natacha Garange
Travail vocal : Vincent Leterme
Photo : Mirco Magliocca[/note_box]

Vous pourriez aimer çà


  1. Mais pourquoi voudriez-vous un Monsieur Jourdain tragique? C’est absurde, la pièce est écrite pour faire rire, et il ne faut pas y chercher ce qu’elle ne contient pas…

    anne / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest