Théâtrorama

Un débit de boisson, espace gris où trône au centre un distributeur de bière à pression, un espace plus lumineux vers le haut qui laisse entrevoir un ciel tantôt bleu, tantôt gris, toujours plus ou moins nuageux, comme un témoin indifférent du temps qui passe, de la tourbe au premier plan qui colle aux semelles rien qu’à la regarder.

Ces éléments scénographiques ont une grande force évocatrice et nous transportent dans une Irlande intérieure et poétique sur les pas de ce baladin du monde occidental, pièce écrite par John Synge et mise en scène par Élisabeth Chailloux. Pour trouver l’inspiration, Synge fera plusieurs voyages aux Îles Aran sur les conseils du poète Yeats. Il est séduit par l’anglais mâtiné de gaëlique parlé par ses habitants et c’est au cours de ce voyage qu’il imaginera le sujet de sa pièce créée en 1907 à Dublin. La représentation fut houleuse et la pièce taxée d’immoralité.

L’histoire du baladin est un conte fantastique, une fable scandaleuse et « diaboliquement immorale ». Par une nuit noire, un jeune homme Christy Mahon surgit dans un débit de boisson perdu au Nord Ouest de l’Irlande. Il semble ému et pressé par les questions des curieux, il avoue qu’il vient de tuer son père d’un coup de bêche. Son récit lui vaut l’admiration de tous. Les femmes sont fascinées et se battent pour lui, particulièrement la veuve Quin et la jeune Pegeen. Les hommes voient en lui un héros qui a osé accomplir un acte dont ils pourraient rêver. Quand le père réapparaît, le crâne fêlé, mais bien vivant et racontant la réalité, Christy Mahon devient aux yeux de tous un menteur et un imposteur. Lorsqu’il tue devant tout le village ce père qui détruit la légende qu’il s’est fabriqué, il devient un criminel qu’il faut punir. Le père « ressuscité » à nouveau revient à temps pour le sortir de ce mauvais pas. Le père et le fils partent se faire pendre ailleurs. Christy qui a découvert le prodigieux pouvoir des mots, part sur les routes raconter son histoire…

Une langue archaïque
Pour cette pièce, Synge invente une langue archaïque, raffinée qui donne un rythme particulier à la mise en scène d’Élisabeth Chailloux. Des portes à claire voie laissent à penser que le lieu est propice à vivre sous le regard des autres, qu’ on peut voir sans être vu lorsque la nuit tombe. Christy Mahon y débarque et à la façon des « shanachies », poètes qui couraient la campagne et attiraient les foules à la veillée, il raconte sans se faire prier le parricide qu’il a commis. Il « balade » son auditoire, enjolivant son récit à chaque fois qu’il le raconte. Le récit de la mort du père construit une légitimité et une aura de héros au fils, lui permettant sans culpabilité de devenir le créateur de sa propre origine. La « renaissance » du père déconstruit l’édifice et ramène le fils dans le néant de sa vie d’avant le parricide.

Élisabeth Chailloux avec beaucoup d’humour fait progresser l’action autour du récit de Christy Mahon. Dans ce miroir, chacun va projeter ses désirs, ses rivalités et ses peurs. Dans ce jeu d’aller et retour entre fantaisie et réalité on s’amuse beaucoup. Christy est un imposteur, un menteur, mais la force de son récit est supérieure à la réalité même travestie. L’Irlande est un horizon intérieur et poétique, nous dit Élisabeth Chailloux, où peuvent se retrouver Baudelaire, Apollinaire et tous ceux qui ont « plus ou moins tenté de tuer leur père « . Après L’illusion comique de Corneille, Élisabeth Chailloux et ses comédiens funambules continuent d’explorer la magie des mots, affirmant que le vraisemblable porteur de poésie et de rêves suffit à établir les faits.

[note_box]Le baladin du monde occidental
De John M. SYNGE
Texte français : Françoise MORVAN
Mise en scène : Élisabeth CHAILLOUX
Scénographie et lumières : Yves COLLET
Avec : Isabelle Cagnat, Valentine Carette, Étienne Coquereau, Jean-Charles Delaume, Thomas Durand, Serge Gaborieau, David Gouhier, François Lequesne, Catherine Mongodin, Lison Pennec, Cassandre Vittu de Kerraoul[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest