Théâtrorama

Laura Laune au Palais des Glaces

Laura Laune, Le Diable est une gentille petite fille Un oxymore à elle toute seule. Laura Laune, venue de Belgique, provoque des salves de rires avec son minois de fille sage capable d’éructer les pires horreurs. Mais avec beaucoup de profondeur car le ratissage de ses « victimes » est large. Le Palais des Glaces nous renvoie, grâce à cette trublionne géniale, de drôles d’images et les miroirs ne sont pas si déformants que ça…

Le démon l’habite…

Les habitués du web connaissent déjà bien Laura Laune. Son déjà cultissime sketch de l’enseignante aux prises avec ses élèves quelque peu dissipés a sonné son entrée fracassante dans le cercle des humoristes sur lesquelles il faudra compter. Quelques vidéos parodiques ont continué d’asseoir ce début de notoriété. La voilà désormais dans un des temples les plus emblématiques de l’humour pour un spectacle complet.
Ce premier sketch, qui ouvre d’ailleurs le spectacle, annonçait une promesse qui est amplement tenue. La jeune Belge, qui n’a pas son pareil pour asséner les pires horreurs sous une candeur désarmante que rehausse un physique avec lequel on lui donnerait le bon dieu sans confession, ne va pas faire mentir les impressions qu’elle a laissées avec ses premières apparitions. On retrouve cet humour cinglant, vachard et surtout terriblement « politiquement incorrect » où la grossièreté s’invite en défonçant toutes les entrées.

Classe et grossier

Mais il s’agit toujours d’une grossièreté classe, mise au service d’une réflexion. La gratuité n’a en effet pas sa place dans le propos. Ce serait trop simple et surtout trop bas du plafond. Avec Laura Laune, le tourbillon de bons mots et cette manière sidérante de maîtriser ses effets avec de la surenchère comme pour mieux enfoncer le clou jusqu’à la tête hissent son spectacle vers des sommets non seulement d’humour mais également d’intelligence. La phrase « Launienne » a tout de la célèbre formule de Cocteau évoquant le patronyme de Marlène Dietrich : ça commence comme une caresse et se termine comme un coup de cravache.

Les castings, les migrants, les juifs et les nazi, l’Etat islamiste, les aveugles, les fachos, les homos, Mère Thérésa, les Roumains et les légos, les pédophiles et bien sûr les plus intouchables de tous, les enfants, vont passer à la moulinette et se faire littéralement réduire en charpie. Sans artifice, juste avec ses mots, elle capte son public avec une aisance confondante qui fait oublier un travail pourtant énorme car comme chacun sait, il n’y a rien de plus difficile que de faire rire. Et à cette cadence, on n’est plus dans la difficulté mais dans le défi. Relevé haut la main et surtout haut le verbe !

Le Diable est une gentille petite fille
One woman show de et avec Laura Laune
Durée : 1h20 environ
Au Petit Palais des Glaces, les mardis et mercredis à 20 heures

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest