Théâtrorama

S’attaquer à « La Vie est un songe », l’œuvre monumentale de l’Espagnol Pedro Calderón, n’est pas une mince affaire. A coup d’effets scéniques judicieux, la troupe de William Mesguich livre un jeu inspiré.

Le destin de Sigismond est scellé. Dès sa naissance, les oracles l’annoncent cruel, violent et destructeur. Le paysage astral se révèle être funeste : il tuera son père, le roi Basyle, et deviendra un dirigeant tyrannique envers son peuple. Pour l’empêcher de nuire, son père choisit de l’enfermer dès sa naissance dans une tour, avec pour seule compagnie son précepteur Clothalde. Cependant, les années passant, le roi soucieux de sa succession se ravise, hésitant à confier son royaume au duc de Moscovie. « L’homme dépasse les astres », se rassure-t-il. La grandeur d’âme de Sigismond, jusqu’alors « ombre vivante », « humain déchu », doit surmonter ses instincts destructeurs. Pris de remords, le monarque décide de droguer Sigismond et à son réveil, le jeune homme endossera le rôle de Prince légitime. S’il déjoue les présages, il deviendra roi. Sinon, il retournera d’où il vient… Or, lorsqu’il apprend son identité, le fils sombre dans une rage folle, presque bestiale. Quelle erreur ou ignominie a-t-il commise pour mériter ce sort cruel dicté par un père indigne ? « Tu me dois la vie », clame l’enfant courroucé, animé par le désir de vengeance. Face à sa violence, le roi le renvoie en prison et le drogue à nouveau, lui faisant croire que tout ceci n’était qu’un rêve…

Surenchère d’effets modernes
Pour nourrir cette perfide mascarade, William Mesguich, fidèle à lui-même, voit grand. Sur la scène, les effets foisonnent et les trouvailles s’enchaînent, plongeant les personnages dans une atmosphère angoissante, voire quasi maléfique, oscillant entre rêve et réalité. Le jeune metteur en scène de 37 ans impose un univers troublant tantôt clownesque, tantôt sombre et plombant. Bien vu : trois immenses boîtes mobiles servent de cachot, de rendez-vous galant et de vitrines. Dans une cage en plexiglas électrifiée, se lamente et s’insurge Sigismond, cobaye lobotomisé. Quelques écrans vidéos diffusent à la fois des scènes du fils épié et des images du spectre étoilé. Et les changements de décor se déroulent, sous nos yeux, au rythme d’une musique rock tapageuse.

Face à la modernité de la mise en scène, l’œuvre colossale de l’Espagnol n’en perd pas pour autant son éclat. Au contraire, elle résonne plus limpide et accessible, soutenue par une brochette de comédiens vivaces. Dans le rôle de Sigismond, William Mesguich, en tenue d’écolier, le visage fardé de blanc et maculé d’une larme de sang, surprend. Il campe un fils à la fois effrayant et touchant (cf interview). Son interprétation nuancée apporte une certaine sensibilité et profondeur humaine à son personnage monstrueux. A ses côtés, une mention toute particulière pour Alain Carbonnel, crédible en clown (paré d’un nez rouge) dans le rôle de Clairon.

Notons que la pièce, adaptée par Charlotte Escamez, « est élaguée, ramassée. Certaines métaphores ont été supprimées pour rendre le texte plus compact et fulgurant » souligne W. Mesguich. Le public apprécie et ne loupe pas une miette de ce spectacle (de deux heures) qui en fait beaucoup, sans jouer la facilité ni l’artifice. A quoi tient le devenir d’un homme ? A-t-on le choix de sa destinée ? Peut-on condamner un homme pour un crime qu’il n’a pas encore commis ? Présomption d’innocence, quête de soi, désir de vengeance, souffrance humaine… L’œuvre féconde de Calderón, toujours actuelle, ravive bien des questions existentielles que Le théâtre de L’Etreinte parvient à faire résonner avec clairvoyance.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] La vie est un songe (site web)
Pedro Calderon de La Barca
Montée par : William Mesguich
Avec : William Mesguich, Sophie Carrier, Sébastien Desjours, Matthieu Cruciani, Jean-Marie Frin, Alain Carbonnel, Zbigniew Herbert, Rebecca Stella
Jusqu’au 14 février
Mardi, Mercredi, Vendredi à 20h30. Jeudi, Samedi à 19h30. Dimanche à 15h30.

Théâtre 13
103A, bd Auguste Blanqui, 75 013 Paris
Réservations : 01 45 88 62 22
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !