Théâtrorama

Etty Hillesum, ici sur des talons hauts et dans une robe noire et blanche à fleurs, suspendait les minutes et les heures de journées à réaliser son formidable désir d’écrire, comme de vivre. Les premières pages de son journal oubliaient le temps ; la jeune femme s’y confiait sur l’homme et la religion, sur la confusion des sentiments. Elle finit par rejoindre ces années en dehors des lignes et rentra dans l’Histoire vêtue d’un long manteau chair. À sa nouvelle plume : des lettres qu’elle envoyait depuis le camp de Westerbork.

Tandis qu’elle écrit, un sillon se trace en profondeur entre chacune des certitudes et des hésitations d’Etty Hillesum, jeune femme juive de 27 ans au moment où elle commence à rédiger son journal. L’entreprise lui a été intimée par un chirologue jungien de deux fois son âge, Julius Spier, dont elle tombe immédiatement folle amoureuse. Tout d’abord réticente, Etty franchit l’infranchissable de l’écriture pour cristalliser les moments forts et « atteindre le fond des choses ». Son empreinte s’imprimera durant deux ans, entre 1941 et 1943.

C’est le chemin et le dessin instinctifs d’une voix tantôt heurtée, tantôt pénétrante, et ses yeux froids ou humides enracinant un destinataire indiscernable : elle-même, monsieur S., ses amis qu’elle a quittés, et bientôt tous les autres, « successeurs » ou « médiateurs », à qui elle laissera carnets et lettres en héritage.

Passage de pesanteur en grâce
Sur la scène, il n’y a que très peu d’éléments autour d’elle – quelques chaises d’assises haute et basse, dont elle fait parfois claquer les pieds au sol dans ses emportements, une musique de fer ou les notes résonnantes du Concerto n°23 de Mozart pour signifier des changements d’un décor invisible, pressenti. Quelque chose se forme autrement, laissé aux lignes de sa paume ouverte et tendue, et à celles de chacun des mots qu’elle cherche avec attention avant de les jeter sur le papier.

L’itinéraire est une percée : il semble que la lettre d’Etty Hillesum soit sans cesse en train de naître, tâtonnant entre états d’âme, aspirations et signes d’une réalité qui interrogent autant l’homme que Dieu, et que son être tout entier. Emportée dans ce « courant éternel et puissant » qu’est la vie, la jeune femme obéit à une pulsion créatrice et à la nécessité urgente du dire pour « devenir celle qui est déjà en elle ». Et l’harmonie qu’elle cherche passe par cette voix intérieure et par un amour immodéré pour l’autre, qui est aussi amour de soi. Elle ne cesse ainsi de « s’ouvrir » au monde et d’accueillir les moindres traces d’épiphanies – par ses citations, ses tomes de grammaire engloutis, ses lectures de Rilke, Dostoïevski, son émerveillement face à des toiles de Michel-Ange ou Léonard.

Fleuve débordant, lourde et légère, Etty Hillesum ressent bientôt les parcelles de Dieu en elle et en toute chose, atteignant une plénitude y compris dans les « temps d’effroi », au moment où elle s’engage dans le Conseil juif et où il lui faudra partir pour Westerbork, avant d’être déportée à Auschwitz. Des lettres remplacent alors ses cahiers intimes, mais malgré l’intuition d’une mort proche, et l’acceptation de l’inéluctable, elle tient fermement cette phrase de S. sur un mince bout de papier, qui voudrait que « le sens de la vie dépasse la vie ». Confiant à Angélique Boulay l’expression pleine et sincère d’Etty Hillesum et mettant si sobrement en scène les brisures et les élans de cette « vie bouleversée », Mourad Berreni préserve les accents d’une voix singulière qu’il appelle « guide ». Ils sont eux aussi passeurs, de la scène au delà, répondant à la promesse d’une transmission espérée par le texte lui-même.

Etty Hillesum. La Flamme d’une âme
Texte original : Etty Hillesum (« Une vie bouleversée, suivie de Lettres de Westerbork », éd. du Seuil)
Comédienne : Angélique Boulay
Mise en scène : Mourad Berreni
Au théâtre de l’Écho tous les vendredis à 20h30 jusqu’au 19 juin 2015
Crédit Photo : ©ECHO

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest