Théâtrorama

Un agréable moment en perspective, idéal pour une sortie en famille, où la virtuosité musicale prend le dessus sur une intrigue prétexte qu’on oublie bien vite. Le Tambour Royal se met au piano et au violon : en avant la musique !

C’est la dernière répétition avant le grand soir, lorsque tout doit être cadré, que ne restent que quelques réglages à peaufiner. L’ultime représentation sans le public. Pourtant tout part en sucette : le piano émet un bruit bizarre, l’accordeur ne vient pas, le chanteur est en retard, la violoniste a autre chose en tête et le pianiste s’énerve devant l’indifférence générale ou presque.

Défini comme un cirque musical et théâtral (qui a donc fort bien trouvé son lieu dans cette salle décoré comme un chapiteau), ce spectacle va, un peu comme « Les bons becs en voyage de notes », donner l’occasion à des virtuoses de faire montre de leur art. Le scénario est mince comme du papier à cigarettes et se fait assez vite oublier, même si l’ustensile des arts ménagers du titre en est en quelque sorte le deus ex machina.

Piano, violon et chant
Au piano, Michel Frantz, ancien directeur musical de la Comédie française, réalise le grand écart avec une prédilection, c’est légitime, pour les grands airs composés pour ce si bel instrument. Ainsi, naviguant entre Chopin et Michel Legrand, Debussy et Joseph Kosma, il fait oublier sans grande difficulté les faiblesses de l’acteur qu’il n’est d’ailleurs pas.
Au violon, Cécile Jacquillat se déchaine avec fougue et accompagne un jeune chanteur (ce soir-là, François Borand) qui réunit toutes les qualités de l’artiste complet. Vocalement, le delta est impressionnant, lui permettant d’enchaîner Yvan Rebroff et Céline Dion, Mika et Serge Lama ou encore des standards de la comédie musicale américaine. La présence et prestance sur scène font le reste, le tout avec un naturel confondant et beaucoup de charisme.

Quelques trouvailles viennent ponctuer le sujet, un marteau-piqueur par ci, une sonnerie de portable par là. Mais c’est assurément la partie purement musicale qui se taille la part du lion et confère à ce spectacle son côté résolument festif et récréatif. Un joli moment à savourer en famille.

La Fourchette de Pétula
Mise en scène : David Alexis assisté de Noémie Delavennat
Mise en lumière : Jean-Pierre Bouchon assisté de Maryline Cabrera
Avec des musiques de Mozart, Chopin, Offenbach, Debussy, Michel Legrand.. ;
Les samedis à 19 heures et dimanches à 17h30 jusqu’à la fin du mois de mars

Théâtre du Tambour Royal
94 rue Faubourg du Temple, 75011 Paris
site web
Réservation : 01 48 06 72 34

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !