Théâtrorama

Venez goûter à la dernière conférence de presse de la légendaire Vivien Leigh, imaginée par Marc Lafferty, et interprétée avec brio par Caroline Silhol ! L’actrice américaine, rendue célèbre par son rôle de Scarlett O’Hara dans « Autant en emporte le vent », nous dévoile avec humour et lucidité les dessous de sa carrière avant que le rideau ne s’abaisse une dernière fois…

Le rôle d’une vie tourmentée

Crédit photo Pascalito
Crédit photo Pascalito
La pièce retrace le parcours atypique d’une jeune britannique, née en Inde, arrivée à Hollywood pour réaliser ce qu’elle croyait être son rêve. En réalité, ce rêve se transformera en obsession et Vivien Leigh ne pourra plus qu’être définie par les trois rôles de sa vie. Elle fut l’inoubliable Scarlett O’hara, l’envoutante Blanche Dubois dans « Un tramway nommé désir » et la femme amoureuse de l’acteur Laurence Olivier. Vivien Leigh qui connu la gloire tant sur les planches que sur le grand écran s’est retrouvée prisonnière des rôles qui l’ont rendu immortelle. Dès lors, l’actrice sombra peu à peu dans la folie et sa lumière s’éteignit à l’âge de 53 ans, alors qu’elle préparait une dernière pièce « Délicate Balance » d’Edward Albee. Cet équilibre délicat n’a d’ailleurs jamais été trouvé par l’actrice qui a vécu toute sa vie dans l’ombre de ses succès passés. Cette ombre est d’ailleurs joliment retranscrite sur scène : le décor est agrémenté d’une affiche gigantesque de « Autant en emporte le vent » qui semble dominer le temps et l’espace. Un joli monologue de 1h30 devant des spectateurs transformés pour l’occasion en journalistes attentifs…

Le souvenir : le seul paradis dont on ne puisse être chassé
Caroline Silhol, se dédouble comme par enchantement et d’une seule comédienne sur scène naissent deux actrices. La comédienne sait capter l’attention par son jeu et sa robe de couleur ivoire contraste avec le rouge vif des canapés en cuir placés derrière elle. Bien sur, Caroline Silhol – ou devrais-je dire Vivien Leigh – partage la scène avec le souvenir des grands du cinéma qu’elle a côtoyés. On rencontre David O Selznik, l’une des icônes de l’âge d’or du cinéma, producteur de « Autant en emporte le vent » et de « Rebecca » d’Alfred Hitchcock, pour lesquels il remporta un oscar. On côtoie Laurence Olivier, acteur et réalisateur de « Hamlet », qui forma avec l’actrice l’un des couples les plus mythiques d’Hollywood. Enfin on rêve avec Clark Gable et Marlon Brando, ses partenaires à l’écran.

L’évocation de ces souvenirs mélancoliques transmet une réelle émotion teintée de nostalgie pour l’âge doré du cinéma hollywoodien, temps révolu de la domination des studios durant lequel les plus grands classiques du cinéma ont été tournés. Le plus touchant reste le salut de l’artiste qui à la fin d’une représentation exceptionnelle fait preuve d’une belle humilité, qui tranche avec l’orgueil du personnage qu’elle incarnait si voluptueusement….

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] La dernière conférence de presse de Vivien Leigh (site web)
De : Marcy Lafferty
Adaptation: Caroline Silhol
Mise en scène : Michel Fagadau
Avec : Caroline Silhol
Du 4 novembre 2009 au 1er mars 2010
Du mardi au samedi à 19h

Comédie des Champs-Élysées
15, Avenue Montaigne, 75008 Paris
Réservations : 01 53 23 99 19
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest