Théâtrorama

« La Cantatrice Chauve » est présentée au théâtre de l’athénée selon la mise en scène de 1991 de Jean-Luc Lagarce, décédé en 1995. Agrémentée de fins inédites, cette nouvelle adaptation emprunte à son aînée les mêmes comédiens et techniciens qui ont fait le succès des premières représentations. Double hommage donc au roi de l’absurde, l’année du centenaire de sa naissance, et à l’auteur contemporain le plus joué de France. Une mise en abyme de l’absurde qui ravira tant les inconditionnels de l’auteur du Rhinocéros que les autres…

© B.Enguerand
© B.Enguerand

Assis devant leur maison de Londres, Monsieur et Madame Smith attendent l’arrivée de leurs invités. Monsieur Smith lit son journal et sa femme, quand la pendule frappe dix-sept coups, tente d’entamer la discussion en notant que, tiens, il est neuf heures. Le couple commence à échanger et rivalise de banalités sur la vie londonienne et leur famille, sur un ton volontairement monocorde. On en vient à évoquer, dans un moment d’anthologie comique, le défunt Bobby Watson, marié à une Bobby Watson, et dont tous les membres de la famille s’appelaient Bobby Watson. Le décor est dès lors planté et l’arrivée de Monsieur et Madame Martin, accoutrés du même costume que leurs hôtes, n’y changera rien. Bien au contraire, on plonge à grand pied dans l’absurde quand ils découvrent en arrivant, après une très longue discussion, qu’ils sont en fait maris et femmes! Tout est prétexte au non-sens, si cher à l’écrivain, telle la célèbre théorie de Monsieur Smith : « Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s’ils ne peuvent pas guérir ensemble. »

Les feux de l’humour

© Brigitte Enguerand
© Brigitte Enguerand

Les premières répliques sont ponctuées de rires enregistrés donnant à la pièce un air de série télévisée désuète. Les couleurs font-elles penser, comme le souhaitait le metteur en scène, à l’atmosphère de « Mon oncle » de Jacques Tati, lequel avait compris l’esthétisme des formes modernes et carrées. La façade de la maison, qui ne cache en réalité aucun intérieur, joue sur une perspective approximative que le spectateur découvre quand l’un des comédiens ouvre une porte manifestement trop petite. Et quand, dans un grand fracas la façade s’effondre, le spectateur ne peut s’empêcher de penser à la scène culte de Buster Keaton échappant, comme par magie, à l’écrasement.

Les personnages sont interchangeables comme en attestent leurs costumes identiques en tout point. En revanche, toujours dans un souci de perspective décalée, l’apparence physique des deux couples est bien différente voire opposée. Quant au jeu des comédiens, il colle parfaitement au texte et chacun offre une performance unique, bien que la prestation des actrices apparaisse plus aboutie. La transposition de la pièce de Ionesco passe également par l’installation des personnages dans leur jardin, contrastant avec l’intérieur de la pièce originale. Parabole au détachement pris, par rapport à la mise en scène de Ionesco, par le regretté Lagarce. Si la cantatrice de Ionesco était dégarnie, la pièce de Lagarce est, elle, bien garnie…

« Mme MARTIN – A propos, et la Cantatrice chauve?
Mme. SMITH – Elle se coiffe toujours de la même façon. »

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] La Cantatrice Chauve (site web)
Texte : Eugène Ionesco
Mise en scène : Jean-Luc Lagarce (1991)
Avec Olivier Achard, Emmanuelle Brunschwig, Jean-Louis Grinfeld, Mireille Herbstmeyer, Elizabeth Mazev ou Marie-Paule Sirvent, Christophe Garcia

Du 5 au 21 novembre 2009
Du mercredi au samedi à 20h et mardi à 19h.
Athénée – Théâtre Louis-Jouvet
Square de l’Opéra Louis-Jouvet
7 rue Boudreau, 75009 Paris
Réservations : 01 53 05 19 19 [/slider]

Vous pourriez aimer çà


  1. moi je vait faire une pièce sur sa!!!!!!!!!
    youpi!

    lilia / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !