Théâtrorama

Entre jardin d’hiver et laboratoire

Le Jeu de l'amour et du hasard mis en scène par Benoît LambertIl y a tout d’abord ce décor qui surprend dès l’entrée dans la salle. Conçue par Antoine Franchet, la scénographie de la pièce de Marivaux Le Jeu de l’amour et du hasard, mise en scène par Benoît Lambert hésite entre la serre, le jardin d’hiver et le cabinet de curiosités.

C’est dans les frondaisons d’une nature factice que va se déployer le chassé-croisé amoureux qui est au coeur du Jeu…À cour, une sorte de laboratoire réunit sur des tables en bois des collections de flacons, des crânes, des arbres et des plantes. Une sorte de jardin intérieur à la fois espace d’agrément et laboratoire de recherche. À jardin, un parc où gambadent des biches et des canards empaillés.

La mise en scène revendique une esthétique en relation directe avec le XVIII° siècle caractérisée par une vision naturaliste prônée aussi bien par les Encyclopédistes que par des musiciens comme Vivaldi, des peintres comme Watteau et bien entendu des écrivains comme Rousseau et Marivaux.

L’amour : un point de vue scientifique…

« Le jeu de l’amour et du hasard » pose d’emblée le cadre quasi scientifique de l’expérience à la fois amoureuse et sociale : que se passerait-il si les rôles de valet et de maître étaient inversés ? Sous l’oeil vigilant et quelque peu pervers de M. Orgon et de son fils Mario, Silvia échange son costume de jeune héritière contre celui de sa servante Lisette. Elle ignore que de son côté, Dorante, le jeune homme que lui destine son père a fait de même avec son valet Arlequin. Le père et le fils ont appris par lettre le subterfuge de Dorante et se gardent bien de prévenir Silvia. M. Orgon est un homme moderne : il a choisi Dorante, un bon parti pour sa fille, mais en acceptant que celle-ci étudie son futur à loisir sous les habits de sa servante, et lui permet de refuser si le jeune homme ne lui convient pas… Comme des savants un peu pervers, comme des présences insistantes et intrusives sous des dehors souriants, M. Orgon et Mario se délectent de l’expérience qu’il mènent « à même la chair des hommes ».

Rêves d’ascension sociale et mésalliance annoncée

Le Jeu de l'amour et du hasard mis en scène par Benoît LambertBenoît Lambert confie les rôles principaux à quatre jeunes acteurs qui viennent de terminer leur formation à l’ERACM (École Régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille). Rosalie Comby (Lisette, femme de chambre de Silvia), Edith Mailaender (Silvia, fille d’Orgon), Malo Martin (Arlequin, valet de Dorante) et Antoine Vincenot (Dorante, maître d’Arlequin) ont rejoint le Centre Dramatique de Dijon dans le cadre du dispositif d’insertion professionnelle des jeunes comédiens issus des écoles supérieures d’art dramatique.
Comme dans la plupart des pièces de Marivaux, celle-ci joue à la fois sur l’opposition entre les générations et sur les classes sociales. L’habit des « anciens » souligne leur rang et leur classe d’âge alors que le costume des jeunes gens est plus contemporain.

Face à ces jeunes gens inexpérimentés qui se lancent à corps perdu dans le subterfuge, sans réfléchir aux conséquences, M. Orgon (Robert Angebaud qui semble beaucoup s’amuser) et son fils Mario (Étienne Grebot) tirent les ficelles dans l’ombre, jettent quand c’est nécessaire de l’huile sur le feu, vérifient à intervalles réguliers le bon déroulement de l’expérience et en tirent les conclusions adéquates comme tout bon scientifique qui se respecte.

Comme le décor qui « ne sert à rien » en apparence, le sujet de la pièce semble cousu de fil blanc, puisque toute l’intrigue est dévoilée dès la première scène. Tout concourt à transformer ce mariage arrangé en mariage désiré. Tout rentrera dans l’ordre car si l’amour a ses raisons, il ne peut en aucun déroger aux rapports de classes !…Et si les domestiques rêvent d’ascension sociale, en aucun cas « ceux de la haute » ne peuvent accepter de mesalliance. Les apparences sont sauves, mais Marivaux pose en filigrane « l’égalité » formelle qui triomphera à la fin du siècle avec la déclaration des droits de l’homme. Dans ce jeu qui brouille les identités et constitue le fil conducteur de la pièce, l’auteur fait la part belle aux femmes, même si derrière la bonhomie libérale de ce père et ce frère bienveillants subsiste la prudence d’un pouvoir face aux revendications égalitaires. La langue incisive et la machine à jouer que sont les pièces de Marivaux laissent à entendre que tout change et que rien ne change en fait. « Au fait, où en est aujourd’hui le « progrès », maintenant que nous vivons « libres, égaux et fraternels » ?

Le Jeu de l’amour et du hasard
De Marivaux
Mise en scène : Benoît Lambert
Avec Robert Angebaud, Rosalie Comby, Étienne Grebot , Edith Mailaender, Malo Martin, Antoine Vincenot
Assistanat à la mise en scène : Raphaël Patout,
Scénographie & lumière : Antoine Franchet,
Son : Jean-Marc Bezou,
Costumes : Violaine L.Chartier,
Coiffures & maquillage : Marion Bidaud,
Régie générale & lumières : Julien Poupon
Crédit photos: Arbelet

Durée : 1 h 40

Jusqu’au 21 octobre au Théâtre de l’Aquarium
Du mardi au samedi à 20h – le dimanche à 16h

TOURNÉE 18/19
Du 6 au 17/11/2018, Théâtre Dijon Bourgogne – CDN
Du 20 au 22/11/2018, Scènes du Jura – Scène nationale, Lons-le-Saunier / Dole
27 et 28/11/2018, MA – Le Granit – Scène nationale, Belfort / Montbéliard
Du 4 au 6/12/2018, Espace Malraux – Scène nationale, Chambéry
11 et 12/12/2018, Maison des Arts du Léman, Thonon-les-Bains
Du 18 au 20/12/2018, Théâtre municipal, Villefranche-sur-Saône
10 et 11/01/2019, Théâtre municipal, Beaune
17/01/2019, Le Préau – CDN, Vire
21 et 22/01/2019, Scène nationale 61, Alençon
29 et 30/01/2019, Scènes du Golfe, Vannes
5 au 7/02/2019, Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale, Beauvais
12 au 16/02/2019, Le Cratère – Scène nationale d’Alès
1er/03/2019, Théâtre La Colonne, Miramas
Du 6 au 8/03/2019, Le Bateau Feu – Scène nationale, Dunkerque
Du 13 au 16/03/2019, Théâtre Sénart, Scène nationale
19 et 20/03/2019, Théâtre Edwige Feuillère, Vesoul
Du 26 au 29/03/2019, Le Phenix – Scène nationale, Valenciennes
Du 2 au 4/04/2019, La Halle aux Grains – Scène nationale, Blois

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest