Théâtrorama

En allant voir une pièce de Lagarce, on se tient prêt à être installé dans un certain degré de lassitude. Son travail sur les mots et le ressenti à la fois chargé et répétitif entraine généralement une certaine lenteur. « J’étais dans ma maison, j’attendais que la pluie vienne » annonce par son titre qu’il faut effectivement s’asseoir paisiblement et se mettre en l’état. Les comédiens réussiront-ils à tenir l’attention?

Cinq femmes, la mère, la grand-mère et les trois filles, racontent le retour du jeune fils. Ce jeune fils, elles l’ont attendu des années durant. Lorsqu’il est entré, il s’est effondré sur le sol et les femmes attendent désormais de savoir s’il va vivre ou mourir. Se questionnant sur le poids de l’attente maintenant et tout au long de leurs vies.

Lagarce revisité
Dans la salle, côté spectateur, nous entrons dans le calme, les comédiennes sont déjà en scène. La machine est en marche. On remarque quelques feuilles mortes déposées devant la scène et éparpillées tout au long. Le décor est constitué d’une longue table, de quelques chaises et d’une malle autour de laquelle les filles sont installées.

Chaque comédienne tient une place et un rôle, on peut difficilement détourner le regard, les portables s’éteignent à tâtons. Une comédienne met et démet la table posant machinalement les assiettes. Une autre plie et déplie un gilet. Devant la malle, celle qui joue vraisemblablement la plus jeune dessine. Au-dessus d’elle, celle debout affiche un visage crispé par l’attente, enfin la dernière, assise sur la malle, sourit, essayant de séduire un souvenir lointain. La mécanique continue jusqu’à ce que le silence soit complet dans la salle et le spectacle débute sur ces mots « j’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne ».

Toutes les comédiennes ont le même age ce qui complique la compréhension de leur rapport. Ensuite, on s’aperçoit qu’effectivement dans les vêtements et l’emplacement sur scène tout était dessiné. Les plus âgées sont éloignées des plus jeunes et plus en fond de scène, en recul et observation. Les costumes sont bien choisis, de la robe rouge usée et vulgaire comme elle est décrite dans le texte, au pantalon relativement stricte de la mère. Une fois ce petit flottement de compréhension passé, les costumes apparaissent et nous font voir des personnages.

Ces cinq très belles jeunes femmes font d’entrée de jeu une impression sur le public de par leur concentration et leur aura. Le jeu se fera dans la même fluidité et l’on comprendra très vite l’enfermement dans lequel se trouve ces femmes qui est extrêmement bien amené par la mise en scène. Une qualité de jeu époustouflante de la part de ces jeunes femmes tout juste sorties d’école. Le spectateur est embarqué dans l’histoire et le plaisir des mots.

Pourtant, si les mots sont au centre de l’attention, tout semble se dérouler à l’intérieur des corps, dans le ressenti. Par les épaules, le buste, les jambes, les interprètes nous font vibrer avec leurs émotions. Le plus étonnant c’est malgré un léger ennui induit par ce genre de théâtre tout est évident. Face à elle on se délie et en nous se passe quelque chose de l’ordre de la compréhension. Compréhension de la place de l’homme dans la société, dans le cercle familial, dans nos propres vies. Un texte superbe rendu limpide par une mise en scène tout bonnement indescriptible. Le rythme, les battements, les émotions tout y est, et au bon moment. Une expérience étrangement apaisante .

J’étais dans ma maison j’attendais que la pluie vienne
De Jean-Luc Lagarce
Mise  en scène de Mathilde Boulesteix
Avec Mathilde Boulesteix, Isaure Lapierre, Laure Nicolas, Julie Salles, Messodie Samama
Du 17 septembre au 20 novembre 2010
les vendredis et samedis à 21h30

L’aktéon
11 rue du général Blaise 75011 Paris
site web
Réservations: 01 43 38 74 62

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !