Théâtrorama

Heroe(s) – Création à La Loge

Trois copains sur la scène nous adressent la parole. Ils nous sont d’emblée sympathiques, même si le début du spectacle manque de clarté et laisse craindre le déroulement bon enfant d’un entre-soi culturel… Les compères sont en effet metteurs en scène, et ils nous parlent avec humour d’un projet ambitieux qu’ils développent et qui nécessiterait force déambulations et vidéo-projecteurs.
Très vite cependant, la réalité les rattrape. L’Histoire est de retour sur le territoire et dans les imaginaires et il faut la rattraper, être capable à nouveau d’en parler, sortir de la bulle.

Alors dans leur petit bureau-cuisine, les trois amis devisent, tentent de comprendre, écrivent, se brouillent gentiment, se réconcilient. Ils sont intransigeants aussi et ils ne laissent jamais rien passer de ce qu’ils pensent vraiment. La vraie amitié est à ce prix, la pertinence d’un propos aussi.

Heroe(s) – Création à La Loge

Héros d’aujourd’hui

Ce sont les attentats de Charlie d’abord, puis les Panama Papers, puis le 13 novembre, puis la troïka européenne, puis Nuit Debout, puis les Paradise Papers…
Tout cela tourne autour d’eux, vite très vite. Comment faire pour saisir tout cela, quelle est la place de l’artiste, quel rôle peut-il jouer ? Les trois compères notent à la craie sur des tableaux noirs, font des schémas. La multitude et la complexité des informations fait vite office de décor dans lequel ces trois humains évoluent. Submergés certes, mais vaillants, avec une volonté toute simple de ne pas se laisser faire et de mettre en acte ce que le mot « citoyen » veut dire. Mais suffit-il de dire ? Suffit-il de comprendre ? Se pose alors de façon lancinante la question de la lutte, de l’action à mener, du risque physique et moral et par ricochet la pertinence ou non de la notion de « héros ». Qu’est-ce qu’un héros dans notre très complexe actualité ? Sont-ce les lanceurs d’alerte ? Ceux qui ont révélé l’ampleur mondiale du système de blanchiment d’argent et de fraude fiscale ?

Heroe(s) – Création à La Loge

Peut-être sont-ils des héros car en tous cas ils payent le prix de leurs actions. Mais ils ne seront pas de nouveaux Che Guevara sur les t-shirts des ados… Être héros aujourd’hui reviendrait à courir tous les risques sans pour autant être érigé en exemple à suivre. Constat qui peut vite amener au découragement ou au sentiment d’impuissance.

Que faire ?

Ce qui ressort de leur théâtre documentaire, c’est l’empathie que l’on peut éprouver pour soi-même, petit humain perdu dans les grands orages bancaires et la violence du monde… Ce que l’on retient, au-delà de leur démonstration claire qui agit comme une piqûre de rappel, ce que l’on retient donc, c’est eux. Les compères sympathiques, l’humilité et la bienveillance qu’ils dégagent. Ils ne peuvent pas grand chose, mais ce qu’ils peuvent faire ils le font. Et l’on repart avec la sensation que tout n’est pas perdu, que l’on peut faire à sa petite, toute petite échelle quelque chose contre cette catastrophe permanente. Et puis ils sont là, eux, la preuve. Il y a des amis sur qui l’on peut compter.

 

Heroe(s)
Création La Loge 2017-2018
Philippe Awat, Guillaume Barbot, Victor Gauthier-Martin
Musique live et bande sonore : Pierre-Marie Braye-Weppe
Texte: Guillaume Barbot, d’après un travail collectif
Vidéo: Jeremie Gaston Raoul et Benjamin Lebreton
Lumière: Nicolas Faucheux
Scénographie: Benjamin Lebreton

Vu à la Loge (Paris)
Du 1er au 16 février au Théâtre de la Cité Internationale (Paris)

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest