Théâtrorama

« Après cet heureux songe, je me suis retrouvé amoureux à la perdition, et cela ne pouvait pas être autrement. » Henriette apparaît dans la mémoire de Casanova semblable à un ange intouchable, aile furtive et légère. Heureux hasard pour un heureux songe. Clara apparaît à l’auteur tous les matins à la terrasse d’un café parisien, dans une danse glissante et les mots d’un chant balbutiant. Naîtra le même amour à quelques siècles de distance, les lignes du visage masqué de la première se confondant à des pages réelles à écrire grâce à la seconde.

L’histoire de l’auteur et de Clara est celle d’une rencontre à plusieurs facettes pour plusieurs lieux et plusieurs temporalités qui se rejoignent. Quelque part au milieu du chapitre de la vie d’un illustre séducteur, entre les ondes d’une eau vénitienne, dans le silence d’un regard et derrière les masques de la création, un récit se tisse, digne d’une « plus belle entrée de théâtre ». Au seuil d’un texte : Casanova rencontrant Henriette à Venise et la décrivant en pleine métamorphose, de son profil masculin à sa pleine féminité. Au seuil d’une rue : un auteur rencontrant Clara à Paris, ses cheveux roux et sa robe bleue, et lui promettant bientôt d’autres rendez-vous par cartes postales échangées.

L’auteur puise en l’histoire de Casanova et Henriette la source d’un opéra qu’il est en train d’écrire, mais partant à leur rencontre, c’est Clara qu’il croise et qu’il découvre, comme s’il la lisait à son tour, mais à travers son chant plutôt qu’à travers la littérature, la fiction et ses îlots de référence mêlés, ses secrets à découvrir et les phrases qu’elle ne prononce jamais entières, arrivant elle-même comme une proposition à dévoiler et remplissant tout l’espace d’une page blanche. Les personnages du texte initial, de la vie de Casanova, tenteront alors de s’immiscer dans l’histoire en train de se jouer, mais ils resteront des incises, à la fois fantômes et matière nourrissant le fantasme et la réalité.

Fantaisie inspiratrice
L’histoire de l’auteur et de Clara est celle d’inspirations continues, de visages qui ôtent leurs masques et de prénoms qui sortent de l’anonymat pour tous se retrouver en un unique lieu : celui du dialogue entre un auteur et une œuvre, entre un homme et la femme dont il est tombé éperdument amoureux. Au moment où il s’agit « d’oublier Henriette », créateur et création viennent s’observer dans un miroir et laissent s’imprimer, « se graver avec un diamant », une autre chair.

Car Clara ne peut naître que de la disparition d’Henriette ; Clara existe car Henriette s’efface. Elle est un solstice, sœur de la Lune, qui apparaît avec les premières neiges. Elle dit n’avoir encore rien vécu et elle s’accroche aux aiguilles qui indiquent midi ou minuit, l’heure à laquelle tout commence. Elle se fond ainsi aux mouvements et aux accents de ce nouveau chapitre, danse sur une piste qu’un personnage de Casanova balaie comme pour assainir une nouvelle page, répond aux notes martelées d’un piano qui s’accorde et se désaccorde, éclipse par sa seule présence tous les autres qui tentent de reprendre leur place dans les lignes.

Si la mélancolie et la folie de Clara ressemblent tant à celles d’Henriette, c’est pour permettre cette « plus belle entrée » dans le théâtre qui demeure le lieu d’une « fantasmagorie » voulue par Stéphane Olry. Il s’agit de retrouver le temps grâce à l’art, et les mots et les gestes pour signifier ce temps. L’horloge encadrant son opéra a pour trotteuse le dessin d’une autre qui raconte l’histoire d’un amour universel, et qui a pour moteur et origine le visage unique de la femme aimée.

Tu oublieras aussi Henriette, librement inspiré d’« Histoire de ma vie » de Casanova
De Jean-Christophe Marti, Corine Miret et Stéphane Olry
Avec Jean-Christophe Marti (également au piano nonpareil), Corine Miret (également à la chorégraphie), Stéphane Olry, Élise Chauvin (soprano) et Frédéric Baron
Scénographie : Sylvie Garot
Production : La Revue Éclair
Photo © Hervé Bellamy
Au théâtre de l’Aquarium (La Cartoucherie de Vincennes) du 7 au 19 avril 2015

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest