Théâtrorama

Gauthier Fourcade, jongleur des mots

Gauthier Fourcade en toute libertéLes cheveux ébouriffés, le visage maquillé de blanc et un air totalement ahuri, Gauthier Fourcade a tout du savant dans la lune. Il jongle avec les mots et chaque mot est un piège qui conduit le spectateur sur des routes improbables. Tel Diogène, il philosophe, il soliloque. Il vit non pas dans un tonneau mais dans un coffre en bois vers lequel il plonge d’urgence quand la situation paraît trop compliquée. Passant de l’indécision à l’hésitation, Fourcade essaie de nous faire voyager sur les chemins de la Liberté !(avec un point d’exclamation précise-t-il). Difficile d’y parvenir quand un sens peut en cacher un autre, quand les mots s’échappent malgré soi. Même si tous les chemins mènent à Rome, s’agit-il de la vraie Rome ou du forum ?

De confusion en égarement

Mis en scène par William Mesguich, Gauthier Fourcade démontre, se révolte, ses raisonnements sont délirants, ses arguments se télescopent pour reconstruire une rationalité empreinte de poésie. Ici, il ne s’agit pas de comprendre mais d’accepter que les moulins à paroles produisent de l’électricité et que l’on conduit des voitures dont le volant ne peut tourmer qu’à droite.

Gauthier Fourcade est ingénieur en informatique et ses démonstrations même par l’absurde sont d’une logique inattaquable, créant un univers totalement déjanté et surréaliste. Pourtant sous l’apparente dérive de sens, de vraies questions philosophiques sont posées : Quel est le sens du choix ? Comment décider et comment choisir ? Comme l’âne de Buridan qui mourut de faim entre deux sacs d’avoine, faute de pouvoir se décider pour l’un d’entre eux, le héros de Fourcade voudrait tout « puisque choisir revient à s’amputer d’une partie des possibles ». Les mots s’entrechoquent aux carrefours et bifurquent à angle droit vers d’autres univers peut-être moins contraints que le nôtre. En affirmant que  » nous ne sommes pas que nos actes, mais aussi nos rêves », il constate aussi avec un rien de tristesse qu’en « regardant les étoiles, nous sommes une liberté empêtrée dans des marionnettes ». Dans un espace où « le déterminisme est la cause alitée », difficile de faire des choix, certes, mais est-ce une maladie vraiment si rare ?
Surtout que nos systèmes démocratiques pétris de liberté bégaient eux aussi face au vide spirituel laissant la place à une religiosité rigoriste.

La mise en scène minimaliste de William Mesguich est un bijou de précision et d’inventivité. Elle colle au plus près du mouvement de l’acteur-feu follet, tout en précisant la démonstration par le graphique, des étiquettes ou des flèches explicatives. Deux marionnettes accompagnent l’acteur et dans une lumière tout en douceur, elles interrompent un instant le tourbillon des mots et permettent une halte poétique sous les étoiles.

D’une impossibilité à une autre, Gauthier Fourcade et dans la coulisse son metteur en scène – peut-être – finissent par déclarer forfait. À quoi bon parler de liberté et continuer à y croire dans un monde où « les politiques ne peuvent pas tenir leur parole puisque les paroles s’envolent et que depuis, ils n’ont plus de parole » ? Ne lâchant rien, déployant une énergie sans faille, Gauthier Fourcade oblige les mots à débattre entre eux, à claquer, à rendre compte de chaque sens. Usant de l’éloquence, de l’élégance et de la magie du verbe, il nous conduit vers un imaginaire ouvert à tous les vents, terminant sa démonstration par une rencontre amoureuse qui choisit in extremis de passer de « faire la moue » à « faire l’amour ». La seule certitude possible dans ce monde qui hésite d’une impossibilité à une autre ? Peut-être.

 

Liberté ! (avec un point d’exclamation)
Texte et interprétation : Gauthier Fourcade
Mise en scène : William Mesguich
Crédit photos : Pierre François
Durée : 1 h 10

Jusqu’au 5 Novembre à La Manufacture des Abbesses
Du jeudi au Samedi à 21 h – Dimanche à 16 h

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest