Théâtrorama

Comédien surprenant de justesse et d’intensité, Stéphane Hausauer démarre en ce moment une pure création mise en scène avec beaucoup d’intelligence par Olivier Ducray. Tous deux ont écrit un texte troublant, parfois drôle, souvent tragique et diaboliquement bien construit. Un spectacle à soutenir pour le voir s’épanouir, on le souhaite vivement, dans une plus grande salle parisienne en 2011.

Le titre en dit plus long qu’il n’y paraît. L’expression « Seul en scène » -ou « one man show » pour ceux que démangent les prurits d’américanophilie incontrôlée- semble frappée du sceau de la rigolade. « Très seul en scène » c’est déjà autre chose, comme si planait l’ombre d’une souffrance, l’hydre d’un malaise. Alors, « Franckie », drôle de spectacle ou spectacle drôle ? Un peu des deux, en fait. A plus d’un titre.

Le personnage éponyme est un jeune type de Montluçon, coin de France délicieusement bucolique mais où l’on s’emmerde profondément. A en devenir fou Allier. Il traine donc son ennui entre le micro de la station radio locale où il anime une improbable émission tardive, la boite de nuit qui pue la province et son intérieur peuplé de pas grand-chose. Restent les souvenirs. Ceux de sa grand-mère, confidente muette. Ceux de l’école et bien d’autres…

crédit photo Elena Rossini

Une construction magistrale
En terme de construction pure, ce spectacle est un must absolu. Tels les éléments d’un puzzle diaboliquement agencé, les indices s’imbriquent à merveille, distillés avec juste ce qu’il faut d’informations pour n’en point trop dire mais assez pour faire avancer l’action. Ajouté à cela une mise en scène très cinématographique avec un choix très judicieux de musiques confèrent à l’ensemble une tenue tout à fait remarquable.

Comme toute création, ce spectacle est amené à évoluer. Le léger déséquilibre qui persiste encore entre la comédie et le drame devrait rapidement s’effacer. Car les rires, en étant plus éclatants, ne mettront que mieux en relief l’aspect tragique du propos. La formidable empathie que dégage Stéphane Hausauer, remarquable comédien, n’en sera que plus forte. Car, déjà dans l’état actuel des choses, le spectateur sort ébranlé par cette sincérité et il y a de quoi. Mais en provoquant plus de rires au départ, ce spectacle confrontera son public à cette interrogation salutaire : pourquoi ai-je ri et en avais-je vraiment le droit ? Et les spectacles qui réussissent ce pari ne courent pas les théâtres en ces temps où la drôlerie (ou qui s’en réclament) ne pactise qu’avec la bêtise ou la médiocrité et le drame avec des avalanches de pathos.

Assurément, même si Stéphane Hausauer et Olivier Ducray ont encore quelques réglages à opérer, leur travail témoigne déjà d’une telle maîtrise qu’on ne peut que leur adresser des encouragements amplement mérités.

Frankie… très seul en scène
Texte : Stéphane Hausauer & Olivier Ducray
Interprétation : Stéphane Hausauer
Mise en scène : Olivier Ducray
Assistant mise en scène : Karim Djelouah
Créateur lumière Ludovic Bidet
Du 4 octobre au 28 décembre 2010
Les lundi et mardi à 21h15
Théâtre Darius Milhaud
80, allée Darius Milhaud, 75019 Paris
site web
Durée : 1h10

Vous pourriez aimer çà


  1. […] Théâtrorama : « Frankie… très seul en scène«  […]

    Frankie / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest