Théâtrorama

Un retour en forme de voyage et de remontée dans le temps, tel est le thème central du « Pays lointain », pièce ultime et testamentaire de Jean-Luc Lagarce, mort à 35 ans du sida en 1995.Tressant des extraits du « Journal » de Lagarce et de cette pièce, Jean-Pierre Garnier en tire un autre texte qu’il met en scène :  » Fragments d’un pays lointain ».

Ce texte a été d’abord un travail d’atelier avec des élèves de la classe libre du Cours Florent avant de devenir un création avec certains d’entre eux au Théâtre de la Tempête, à la Cartoucherie de Vincennes.
Le spectacle qui en résulte est d’une grande force, porté par une émotion surgie des mots eux-mêmes et qui nous prend, là où on ne s’y attend pas.

Voyage vers le pays lointain
Ils sont jeunes, ils sont beaux et ils parlent de la mort avec une gravité de vieillard dans le regard. Aucune tristesse, non, juste cette constatation et cette conscience avec laquelle ils sont nés, comme une présence palpable, celle d’une insouciance qui leur a été confisquée.

Dans « Juste la fin du monde », Louis, un écrivain trentenaire, qui vit à Paris, revient dans sa province natale pour annoncer, à sa famille, sa mort prochaine. Le dimanche se passe, des banalités s’échangent, des rancoeurs apparaissent et il repart sans pouvoir dévoiler son secret. « Le pays lointain » reprend le même thème, mais dans cette pièce-fleuve, Lagarce inclut d’autres personnages, la famille d’origine, mais aussi d’autres familles : la Famille que l’on se choisit, la Famille secrète…

Le pays lointain est constitué de toutes ces couches de vie. Il s’organise autour de groupes, de choeurs, de duos, de bandes…Des vies parallèles, vécues dans l’instant présent, remontant d’aujourd’hui à hier en oubliant demain… Jean Pierre Garnier organise sa mise en scène en jouant sur le proche et le lointain de la scène de théâtre, utilisant la profondeur totale d’un plateau séparé par des rideaux qui se lèvent au fur et à mesure de l’avancée du voyage dans le temps et dans l’espace.

Au début du spectacle, de dos, sa table littéralement collée au premier rang du public, Louis tape frénétiquement sur sa machine à écrire. À ce moment de la pièce, nous sommes dans une famille choisie, celle où son homosexualité peut se vivre, même si déjà la mort de l’Amant le laisse seul et désemparé face une mort inconcevable lorsqu’on est jeune. Les mots se projettent dans l’espace et d’eux surgisent des contrées de plus en plus lointaines, celles qui conduisent vers les souvenirs occultés de la famille d’origine qui occupe d’abord le fond de scène, puis se rapproche peu à peu du centre. Le déplacement des acteurs est tangible et marque l’aller et retour incessant entre le présent et le passé, comme une ultime tentative de « réorganisation » avant d’atteindre le rivage du pays le plus éloigné, celui dont on ne revient pas et peut-être le seul pays réel.

En mêlant le récit théâtral à la forme narrative du journal, Jean-Pierre Garnier joue sur le rapport des langues et crée une forme de scanssion dans le récit, qui travaille sur le dit et le non-dit et se prête bien à la transformation de certains fragments en récits musicaux.  » Au début, dit Lagarce, ce que l’on croit, c’est que le reste du monde disparaîtra avec soi. Tous partiront et m’accompagneront. Je voulais le croire. Je les emporte et je ne suis pas seul. Et que feront-ils de moi lorsque je ne serai plus là  » ?
La réponse est contenue dans le spectacle. Ces jeunes acteurs, âgés en moyenne de 20 à 22 ans, et qui portent le spectacle sont les « enfants » de Lagarce, les héritiers de cette génération qui a vu « la fin des utopies ». Grâce à eux, Lagarce continue d’interroger notre monde et à nous donner de ses nouvelles.

[note_box]Fragments d’un pays lointain
De Jean-Luc Lagarce
Mise en scène : Jean-Pierre Garnier
Scénographie et lumière : Yves Collet
Avec Maxime Le Gac Olanié, Arthur Verret, Makita Samba, Anne Loiret, Mathieu Métral, Camille Bernon, Loulou Hanssen, Inga Koller, Benjamin Guillet, Harrisson Arevalo, Sophie Van Everdingen[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest