Théâtrorama

Les étoiles de notre ciel – Mise en scène : Flavia Lorenzi

Les étoiles de notre ciel au Théâtre du Soleil Dans le fourmillement du monde, regarder le ciel et les étoiles nous permet souvent de retrouver la sérénité, même lorsqu’il nous faut traverser “cette grande forêt sombre avec un truc qui s’appelle la guerre“ .

“Les guerres arrivent à de gens comme nous – des gens avec des espoirs, des désirs et des problèmes, quels que soient l’époque et le lieu…“ affirme Zlata Filipovic, autrice de “Paroles d’enfants dans la guerre“.
Sous le titre, “Les étoiles de notre ciel“, sous une forme chorale, Flavia Lorenzi adapte et met en scène ce texte de l’écrivaine bosniaque et de Mélanie Chalenger, et “Derniers témoins“ de l’écrivaine et journaliste biélorusse, Svetlana Alexievitch.
“Paroles d’enfants dans la guerre“, paru en 2006, contient quatorze journaux intimes de jeunes gens âgés de 13 à 20 ans, dont la vie a été touchée par les violences du XXème siècle et des premières années du XXIème siècle. “Derniers témoins“, paru en 2005 à Paris, présente des récits de personnes qui, enfants, ont vécu la deuxième guerre mondiale. Interviewés à l’âge adulte, ils étaient âgés de 4 à 14 ans pendant les faits.

Un truc qui s’appelle la guerre

Les étoiles de notre ciel au Théâtre du Soleil Plutôt que d’entrer dans le décompte des morts et les visages émaciés des survivants, la pièce s’attache aux récits intimes de jeunes gens pour raconter sans pathos et sans fausse compassion la guerre qu’ils ont traversée les yeux grands ouverts.

L’Histoire se raconte à hauteur d’enfant ou d’adolescent et chaque témoignage sert d’échappatoire aux horreurs des combats et à la peur. Chaque récit et l’acte théâtral qui en découle, renforce la résistance qui permet de ne pas se perdre et d’être enseveli dans les atrocités de la guerre. Au plus près de l’expérience traumatisante, les enfants comme les jeunes gens gardent cette spécificité de l’enfance qui continue à chercher l’émerveillement.

Pas de sens chronologique organisé mais plutôt des superpositions de récits qui s’interpellent et se complètent. Fonctionnant comme un quatuor, les quatre comédiens (Bruno Stierli, Camille Duquesne, Enora Henry et Maïe Degove) enrichissent et modulent la narration selon leur sensibilité. Tour à tour fragiles ou solides, rieurs ou ployant sous la tristesse et le désespoir, ils mettent le récit à distance ou interrogent les situations. Le texte parfois pris en charge par les quatre comédiens de façon polyphonique enchevêtre les histoires et occasionnent ainsi le dialogue entre les époques. Émaillé de chansons, de lamentations ou de cris de colère se danse, le récit se projette sur l’espace scénique. Évitant l’incarnation de personnages, la personnalité de l’acteur s’efface. Chacun devient un passeur de mots qui prend en charge à tour de rôle ou ensemble les voix qui unifient les sens multiples des récits.

Si ces derniers viennent du passé, portés par les voix et les corps des acteurs, ils réapparaissent et s’actualisent dans notre monde, devenant ainsi l’écho des combats d’aujourd’hui. Le plateau devient ainsi une caisse de résonnance, ici et maintenant, des rires perdus, des rêves avortés des enfants palestiniens, syriens, africains ou d’ailleurs qui, chaque jour, au milieu des cadavres essaient d’échapper à l’effroi, à la peur et au sang.

“Existe-t-il le moindre espoir que ça s’arrange un jour ?“demande une voix enfantine, alors que les sirènes masquent le cri des enfants et que les débâcles se ressemblent étrangement, quelles que soient les époques. Allers et retours entre des guerres d’hier et celles plus proches de nous, l’Histoire se conjugue aussi au présent. Et si nous n’écoutons pas les voix de ces enfants d’hier qui s’interrogent et nous questionnent aujourd’hui, les avions de combat, les héros traînés derrière des chars dans la poussière ne finiront-ils pas par éteindre les étoiles de notre ciel ?

Les étoiles de notre ciel
D’après Paroles d’enfants dans la guerre,
de Zlata Filipovic et Mélanie Challenger et
Derniers Témoins de Svetlana Alexievitch

Le spectacle “Les étoiles de notre ciel“ a reçu le label national “Centenaire” de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

Mise en scène et Dramaturgie : Flavia Lorenzi
Avec Bruno Stierli, Camille Duquesne, Enora Henry et Maïe Degove
Création lumière & son : Arthur Braesch
Création vidéo : Janaina Wagner
Scénographie & Costumes : Cie BrutaFlor
Regard artistique : Frode Bjornstad

Jusqu’au 27 janvier au Théâtre du Soleil – Cartoucherie

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest