Théâtrorama

Le mort-vivant est la figure ultime de l’altérité en ce début de XXIème siècle. Rendu populaire par le cinéma, il est devenu un véritable enjeu socio-culturel (voir les marches de zombie organisées un peu partout dans le monde). Son intérêt croissant est sans doute dû au fait qu’il aborde les rivages angoissants de la mort et de la fin des temps.

Chez le réalisateur George A. Romero, le zombie est un objet politique, critique de la société de consommation, du racisme et du pouvoir. Dans la série « The Walking Dead », il renvoie aux fondamentaux de la survie dans une société retournée à la barbarie.

Le voir sur une scène de théâtre est donc particulièrement surprenant. Que peut donc bien apporter cette représentation de l’horreur, à priori destinée en premier lieu à l’écran et aux jeux vidéo ? Suite à la lecture de l’ouvrage « Petite philosophie du zombie » de Maxime Coulomb (éditions PUF), le metteur en scène Renaud-Marie Leblanc (dont on peut écouter l’interview après la chronique) décide de faire une commande d’écriture auprès de l’auteur Marc-Antoine Cyr. Le spectacle qui en découle est, pour le moins, surprenant.

Dans un grand décor représentant une chambre d’hôpital (lieu de passage vie-mort), les acteurs de la sitcom « Dose de toi » incarnent des personnages flirtant avec la mort. Pour booster l’audimat, les producteurs ont l’idée d’engager un vrai zombie, « Doe », nom commun aux Etats-Unis, attribué aux morts dont on ne connaît pas l’identité.

Son arrivée sur le plateau est à elle seule symbolique. Grâce à un habile jeu de lumières, jusqu’alors fondu dans le décor, il émerge progressivement comme s’il fallait peu à peu imprégner le monde existant de sa présence suintante. La créature va alors bousculer cet archétype sociétal qui oscille entre la réalité et la fiction. Quels vont donc être les codes à adopter vis-à-vis de cet être dont la culture est radicalement différente de celle des protagonistes ?

Pas dépasser la ligne !
Les pensées intérieures retranscrites verbalement permettent de transiter des personnages fictifs aux réels. Et les masques tombent très vite. Nell, actrice souffrant de ne pas jouer des rôles à sa mesure, se dévoile comme une personnalité égotiste aux importants problèmes relationnels et marquée par l’échec de sa vie privée et professionnelle.

Podcast Entretien avec Renaud-Marie Leblanc

L’opposition s’affiche très vite entre les deux autres comédiens, Hyppolite et Colin. Le premier se révèle pragmatique et autoritaire, manifestant sa peur de voir l’autre, l’étranger, pénétrer son territoire. Il tente alors de le contrôler en lui donnant des ordres et en traçant une ligne invisible à ne pas franchir. Colin, quant à lui, veut essayer d’ouvrir au dialogue. Mais tout cela est vain, car lui-même finit par montrer son vrai visage d’individu médiocre et raté, à la personnalité superficielle.

L’on pourrait voir là une métaphore politique sur la présence de l’étranger ou une approche sociologique d’un microcosme donné, mais ce qui intéresse plutôt le metteur en scène, c’est cette frontière devenue floue entre le réel et la fiction. Entre les comédiens qui se réfugient dans une série minable pour l’argent, et le zombie qui est connecté via Facebook, la réalité semble s’estomper dans un espace imprécis.

« Doe », par son essence d’être, réduit à un état fondamental et animal, nous renvoie alors aux faiblesses et limites de notre humanité et de notre société. Le zombie peut alors se voir comme une allégorie de la vérité originelle, avant que les simulacres ne l’ébranlent et que la civilisation apparaisse comme un élément toxique qui infecte le corps malade du réel.

DOE (Cette chose-là)
Mise en scène : Renaud-Marie Leblanc
Auteur : Marc-Antoine Cyr
Assistant à la mise en scène : Vincent Franchi
Comédiens : Roxane Borgna, Christophe Grégoire, Nicolas Guimbard, Charles-Eric Petit
Costumes : Sabine Richaud
Lumières : Erwann Collet
Créateur vidéo : Thomas Fourneau
Crédit photo : Thomas Fourneau
Vu au Théâtre de la Joliette – Prochaines dates à venir

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !