Théâtrorama

Dis-moi oui

Après son « Illusionniste » de Guitry qui a fait les beaux soirs du Ranelagh la saison passée, Tristan Petitgirard revient à un style plus intimiste qui lui va mieux. Il dirige deux comédiens exceptionnels dans une pièce qui fleure bon le vaudeville avant de prendre une tangente aussi séduisante qu’inattendue. Sûr qu’on lui dit « oui » ! Et plutôt deux fois qu’une…

Au moment de se marier, Andréas commet le sacrilège absolu devant sa famille et celle de sa future. Au lieu de sacrifier sa liberté sur l’autel des convenances, il sacrifie l’autel et ose dire « NON » à sa promise. Il se réfugie dans l’appartement d’un ami et y rencontre Jeanne, qui n’a qu’une idée en tête : qu’un homme la demande en mariage avant minuit. Ce qu’Andréas est assez peu disposé à accepter, et pour cause…

Pour le meilleur et pour le rire
Le décor a quelque chose d’intemporel, un peu à l’image de ceux qui accueillent les bons vieux vaudevilles où claquent les portes et fusent les répliques. La première partie du spectacle lorgne d’ailleurs sur ce genre qui fait toujours florès, teinté de marivaudage. Le dialogue est percutant, drôle, et les comédiens sont de toute évidence heureux de le défendre. Et ils le défendent fort bien. Quelques jolis moments de danse viennent ponctuer le propos. On se dit alors que le divertissement valait vraiment le déplacement. Pas rares sont même ceux qui applaudissent, persuadés que le spectacle est terminé.

Arrive pourtant un troisième acte. Le rire est moins présent sans être absent. Les enjeux s’avèrent plus ambitieux. Un halo de mystère s’empare du propos. Nous naviguons dans un autre monde où se mêlent des personnages qu’on croit connaître. Rêve ? Fantasme ? Chacun pourra interpréter cela comme bon lui semblera, le final ne laissant en revanche personne en rade.

Le très juste équilibre auquel s’est tenu Tristan Petitgirard, sur un sujet qui aurait pu rapidement sombrer dans le pathos, constitue la grande réussite de ce spectacle qui, sans être une comédie sentimentale, parle beaucoup d’amour, voire que de ça. D’amour absolu, déraisonnable et déraisonné. Il est ici le grand triomphateur de ce très joli moment de théâtre servi par deux comédiens de très haut vol qui savent aussi bien faire rire qu’émouvoir profondément. Le spectateur est vraiment à la noce. Un régal !

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Dis-moi oui (site web)
De Déborah Helpert
Mise en scène : Tristan Petitgirard
Avec Elsa Pasquier, Matheo Capelli, et les voix d’Andrée Damant, Raphaël Cohen, Mathieu Lagarrigue et Patrick Préjean
Du 6 Septembre 2010 au 19 Janvier 2011
Du lundi au mercredi à 21h30
Durée : 1h10

Théâtre de l’Essaïon
6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris
Réservations : 01 42 78 46 42
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !