Théâtrorama

Chroniques de Palestine mis en scène par Dany Toubiana

Et si… Parmi les possibles, l’idée de donner la parole à ceux que l’on n’entend pas. Plus qu’une pièce Chroniques de Palestine est une entreprise au long cours, un projet humain. De 2008 à 2015, l’auteure Yanne Dimay a animé des ateliers d’écritures auprès de jeunes auteurs palestiniens ; leurs nouvelles écrites en français ont fait l’objet de différentes lectures par la compagnie de la Feuille d’Or jusqu’à leur mise en scène au théâtre aujourd’hui.

Et si … Chroniques de Palestine

Difficile d’adapter différentes nouvelles en une seule et même pièce, à moins comme Dany Toubiana l’a fait d’avoir recours au récit enchâssé. La metteure en scène de Chroniques de Palestine a créé le personnage d’Anna, romancière et narratrice dont on suit le parcours et les différentes rencontres. Chaque homme, chaque femme a une histoire à raconter, un témoignage à apporter du marchand de café de la place à l’adolescente accompagné de sa grand-mère qui attend le taxi. Palestiniens, Israéliens ou même Européens de passage ; ils ont tous la parole et la superbe distribution permet une grande diversité de personnages. Anna, au prétexte de son prochain livre, enquête sur les traces de son père qui a travaillé sur plusieurs chantiers internationaux en Israël-Palestine.

Anna sait peu de choses de son père, disparu dans un attentat à Jérusalem. Elle suit les notes dans ses carnets, contacte les personnes qui l’ont connues. Elle a des idées tout aussi vagues que le spectateur sur la situation du pays. Les noms de Palestine, de Cisjordanie et de Gaza évoquent le conflit, provoquent la gêne. On s’identifie tout de suite à cette narratrice qui cherche à comprendre. La mise en scène évite l’écueil du pour ou du contre. La répartition de la parole, l’effet chorale permet d’entrevoir une société complexe et d’éloigner les jugements hâtifs. Il ne s’agit pas d’accuser quelqu’un, de nommer des coupables mais de pointer les injustices d’un système.

Et si … Chroniques de Palestine

Chroniques de Palestine: de l’écriture à la scène

Qu’est-ce que cela change d’avoir un visa bleu ou un visa vert ? Selon que vous soyez né d’un côté ou de l’autre du pays, vous pourrez ou non circuler librement. L’arbitraire de la naissance et de la géographie paraît difficilement concevable. Par des histoires individuelles, la compagnie de la feuille d’or propose un théâtre du sensible ; on sourit, on rit, on grimace, on souffre. Il n’y a pas de héros, mais des hommes et femmes qui s’efforcent de vivre, aimer et rêver. La mer est proche mais les frontières la rendent inaccessible. Le poids des murs pèse sur toute une communauté et fait des victimes collatérales.

La carte se matérialise sur la scène. Il est difficile de comprendre quoi que ce soit au territoire sans le recours aux tracés qui, de traité en traité, ont morcelé le pays en différentes zones de droit. Le décor, structure déséquilibrée qui s’étend sur toute la scène, participe à cette oppression et évoque le mur. Sujet de cauchemar, le mur a quelque chose d’illusoire, il prétend apporter la sécurité mais souligne la fragilité. On en sort difficilement. Le check point revient dans les conversations comme un passage obligé mais aussi comme une crainte constante : celle de ne pas pouvoir passer. L’obsession du contrôle, de la sécurité de l’aéroport à chaque instant du quotidien a quelque chose d’inquiétant : les personnages qui s’en échappent nous rappellent à une nécessité de vivre malgré tout.

Et si… Chroniques de Palestine propose des moments de poésie, de joie et de rire qui se heurtent à des murs. On ne peut les éviter, on ne refait pas le monde en un spectacle mais les spectateurs ensemble peuvent rêver à d’autres possibles. Le début d’autres histoires.

Et si … Chroniques de Palestine
D’après des nouvelles de Lama Abu Arqoub, Dima Bamieh, Fatma Dala, Nariman Ghanim, Amir Hassan, Waled Hijazi, Hanine Hmouz, Khadija Jazi, Whadija Jazi, Ahmed Nasser El Din, Émilie Rishmawi.
Adaptation et Mise en scène : Dany Toubiana
Assistance à la mise en scène : Laura Lalande
Avec Lisa Delgado, Jean-Christophe Frèche, Alice Lacharme, Nicolas Lorcy, Pauline Nadoulek, François Perache, Frédérique Renda
Musique : Céline Ottria
Lumières : Dominique Martigne assisté de Cédric Henneré
Création sonore : Christophe Boulanger
Crédit photo : compagnie de la feuille d’or

Vu au Plateau 31 – Gentilly

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest